vendredi 1 février 2013

Kundalini

KUNDALINI, UNE EXPERIENCE (introduction)



Kundalini: je n' avais qu' une vague idée de ce que cela représentait, en en ayant entendu parler ici ou là, jusque à ce que je découvre le site de Chris LeGall.
Chris est un électron libre, un franc-tireur. Il a quelque chose d' un Beketch, grande figure (et co-fondateur) de Radio Courtoisie, aujourd' hui disparu: on aimait ou on détestait. Mais quelle pertinence ! Et quel verbe !
Chris n' est pas de ces cyber-résistants (copieurs-colleurs) cachés derrière leurs écrans. Il prend des risques.
Bien sûr, il prend ses précautions, il n' est pas là pour étaler sa vie privée. Mais il s' expose, de par les sujets qu' il aborde, aux flics de la pensée et leurs indics.
Ignorant tout du phénomène (la kundalini), j' avais proposé à Chris d' écrire quelque chose à ce sujet directement sur mon blog. Après avoir discuté avec lui, il m' a gracieusement fait part du texte qui suivra plus tard (en plusieurs parties).
Il s' agit d' une expérience, de SON expérience de la kundalini: il n' est pas théoricien, compilateur de textes copiés-collés d' un site à l' autre. Ceci est vécu en la chair et l' esprit.
Merci à lui pour la confiance qu' il m' accorde...

Préambule

"Le serpent était le plus rusé de tous les animaux des champs que Yavhé Dieu avait faits" - Génèse, chapitre 3 (le commencement de la chute en Eden, le paradis primordial: Eden peut être entendu comme ADN; l' ADN est notre spirale intime et personnelle, une échelle...)

Observez la colonne vertébrale...
(Source)
...Réside en nous tel un serpent, pilier du corps car il nous permet de demeurer droit. Pourtant, le texte biblique nous le présente comme instigateur de chute pour les deux jeunes êtres humains.
Il est celui par qui l' aventure (humaine) commence, l' initiation dans son noble terme, c' est à dire chemin de connaissance. Et puisque il y a eu chute, il y a nécessité de re-dressement, d' où la quête (telle que nous devrions prendre part, celle du retour à cet âge d' or).
Son rôle lui aura coûté d' avoir à ramper sur le sol. Le sol est base.
Marie écrasant la tête du serpent sur la médaille miraculeuse, c' est l' invitation à puiser la force depuis la base. Ainsi, cette énergie puisée, en la colonne vertébrale, circule de bas en haut, du coccyx aux 7 vertèbres cervicales.
De bas en haut...le redressement...le retour...
Mais la kundalini, c' est encore autre chose...

KUNDALINI, UNE EXPERIENCE (première partie)

"Kundalini ?
Quand X m'a suggéré de produire un texte qui puisse résumer la singularité de mon expérience personnelle qu'ils nomment et considèrent être une Kundalini, ce n'est pas à Témoignage que j'ai pensé mais à Testament, car après 30 années de ce « traitement », il m'est incompréhensible de penser qu'un corps physique ait pu si longtemps tenir, quoique je sente très clairement le déclin s'amorcer, et de manière brutale. Il est donc peut-être temps que je témoigne, avant que l'ombre de la mort, ne m'absorbe. Je n'ai nulle envie de parler de Kundalini, ce sont-là des mots et des concepts creux face à la réalité, parfois terrible de l'évènement. Une participante d'un forum a parlé très justement de« phénomène énergétique », ce sera donc l'expression que j'utiliserai en priorité.

Nous sommes dans les années 80, en plein été, je suis un jeune homme vif, extraordinairement heureux. Je viens, il y a une année de cela, de finir des études universitaires courtes, bien que je veuille désormais évoluer dans le domaine artistique, et de rentrer d'un séjour miraculeux d'un an en Angleterre, dans la région d' Oxford.

(Source)

Une de mes quêtes personnelles n'est pas la spiritualité mais l' insolite. Je ne ne devine pas à cet instant combien j'allais, et très désagréablement à cet égard, être servi. Alors que je suis originaire de Bretagne et ai fait mes études à Bordeaux, je fais au cours d'une virée impromptue à Paris la rencontre de musiciens qui m'enchantent par leur talent mais me dérangent quelque peu par le mépris qui transparait de leurs dires et attitudes. Pour eux, je suis un plouc de province, égaré dans la capitale. Ce n'est que quand je leur parle anglais et italien qu'ils m'accordent un peu d' attention étonnée. N'ayant que peu d'argent, ces personnes me logent à tour de rôle dans leur divers appartements. Je suis surexcité et exalté par ces rencontres, car ces personnes connaissent dans le milieu théâtral du beau linge qu'ils me promettent de me faire rencontrer dès la rentrée de septembre? Promesse qu'ils ne tiendront pas. Mais pour l'instant, je vis dans l'euphorie et l'ivresse de ma jeunesse.
Nous sommes fin août. Une nuit (alors que je loge chez un de ces musiciens), avant de m'endormir, je me sens dans un état un peu particulier. J' en parle à mon hôte, pianiste, avec qui nous avons épilogué sur la chanteuse Barbara que j'avais vue, adolescent, à Nantes, et dont la présence et le talent de musicienne m'avait totalement subjugué. Je me souviens avoir insisté sur le détail de sa colonne vertébrale à la souplesse et à l'élasticité invraisemblables quand elle se ployait au-dessus de son piano.


Colonne vertébrale qui allait être le pivot d'un drame que je ne soupçonnais pas.
Alors que je suis couché, dans la chambre commune, je me sens happé vers une lumière intérieure, en forme d'anneau, et je me vois, lumière moi-même, rejoindre cet anneau avec lequel, je me mêle.
Cela faisait un moment que je ressentais, mais sans conséquences, des sensations étranges et curieuses. Je me suis dit que c'était là une de plus parmi celles que j'avais déjà ressenties. Je n'y voyais rien de mal, ni de périlleux. Hélas !
Je ne me souviens nullement du rêve que je fis. Le lendemain matin, le réveil est pénible, vaseux. Un mal-être inexplicable et ineffable s'est comme emparé de moi. Mes gencives saignent lorsque je me lave les dents et, surtout, une légère douleur, une gêne, au périnée, comparable à une brûlure, attire mon attention. Jouissant d'une santé de fer, je suis d'autant plus inquiet de l'incursion de malaises dans une vie courte où je n'en ai que peu ou pas connu...
Deux jours après, je quittais Paris pour rejoindre Bordeaux. Aucun malaise ne m'avait quitté et les jours passant, la petite douleur située au périnée se déplaça , gagna le région de l'arbre génito-urinaire, puis, en début d'automne, elle atteignit les articulations. Même si le siège principal était le dos, elle était comparable à une espèce de brûlure mouvante, sans foyer de départ, comme circulant au gré de ses lubies. C'était effrayant : mon corps ne m'appartenait plus. Je me sentais être un arbre déraciné et mon humeur devenait glauque. La nuit qui avait précédé le phénomène me hantait, je me souvenais de cet envol mental. Je décidai donc, forcé, d'aller courir les médecins. Les analyses restèrent négatives, et la visite chez un urologue ne donna rien. Il diagnostiqua une éventuelle prostatite, mais sans conviction. Un autre médecin, psychiatre, diagnostiqua une « névrose d'angoisse ». Je vis aussi un homéopathe, qui lui-même était intrigué. Je me souviens de sa question considérant le moral et le signe du zéro que je fis avec le pouce et l'index. Il me donna des pilules homéopathiques qui ne me firent aucun effet.D 'ailleurs, dois-je le dire, je n'y croyais pas. Un énième médecin eut une approche tout à fait différente et sans m'offrir aucune solution, ni aucun diagnostic, me fit cette confidence dont je me souviens fort bien: « méfiez-vous des réponses réductionnistes ». Les troubles s'aggravèrent sur un plan mental : je me sentais perturbé, des pensées négatives, suicidaires, meurtrières et érotiques, parfois d'une extrême violence, m'assiégeaient. J'étais effaré d'autant plus que je pressentais avoir franchi au cours de cette nuit, une frontière mentale inédite et interdite. Je me disais que j'en payais certainement là les conséquences. Me sentant épuisé, et les photos de l'époque en témoignent où l'on voit un jeune homme beau mais triste et aux yeux cernés, j'eus tout de suite l'intuition que j'avais abordé un chapitre très différent de ma vie dont les années précédentes avaient été, je le répète, très heureuses. Je souffrais d'insomnies, mal qui jusqi'alors m'avait été inconnu. Je sentais aussi des présences. J'en parlais à de rares amis qui avaient remarqué que des meubles craquaient après mon passage chez eux. Je me sentais maudit, délaissé, affligé, comme investi d'un poids de l'existence d'autant plus lourd que ma vie de jeune adulte avait été d'une grande légèreté, et que j'avais toujours pété la forme et vécu dans une grande joie de vivre, parfois traversée de doutes, comme tout un chacun, mais rien de plus. Le questionnement sur la mort ne m'avait cependant jamais lâché. Je passais presque une année dans un profond état d'affliction, de tristesse, et considérant que j'avais perdu environ 30 pour 100 de mon énergie, et encore plus de ma joie de vivre. L'Angleterre me semblait être un paradis et un âge d'or perdus et lointains. Je n'avais que 22 ans...



(22ème lame: l' être désarticulé. 64ème hexagramme du I-Djing: "pas encore arrivé")
... Perturbé au point de ne plus savoir que faire de ma vie. Un jour, je crus bien me noyer dans la Garonne, tant ces brûlures persistantes ravageaient mon corps et me corrodaient l'âme.
Sans enthousiasme, je ne cherchais pas de travail, vivais des subsides du chômage, ce dont je n'étais bien fier, et m'interrogeais sur mon avenir. Évidemment, je ne confiais que très peu de choses à ma famille. Après tout, étais-je peut-être atteint d'une maladie qui couvait et qui allait plus ouvertement se déclarer. Mais brûlures vagues et épuisement ne correspondaient à la nomenclature d'aucune pathologie connue. Ecoeuré d'une ville où j'avais été si heureux, et où je ne lisais plus que le malheur, je décidai néanmoins de quitter Bordeaux et de monter à Paris pour faire du théâtre, et éventuellement trouver un mi-temps dans le domaine culturel pour lequel j'avais accompli quelques études et obtenu les diplômes nécessaires. Je quittais donc mon studio proche de la rue sainte-Catherine et Bordeaux, cette cité splendide que j'avais connue, heureux, et que je ne reconnaissais plus dans mon malheur.
Cet apitoiement sur moi-même que je ressentais dès le lever me faisait horreur. Outre les « brûlures », la fatigue et les insomnies, un autre symptôme intempestif s'était rajouté au tableau : de fréquents étouffements et l'impossibilité de bien respirer dans des lieux clos, non aérés et chauds. Bref, je débarquais en vrac à Paris, mais aidé par les indemnités chômage et par ma famille, je trouvais studio, cours de théâtre, et rapidement travail artistique. Je cachais soigneusement mon état, sauf à quelques confidents. Les metteurs en scène s'étonnaient néanmoins de mes crises de suffocation qui parfois me prenaient sur les plateaux de théâtre, et qui m'obligeaient à me cacher. Je trouvais une espèce de remède, du Vicks dont l'odeur fraîche m'aidait à respirer à plein poumons. Un autre symptôme se rajouta : la vision de points lumineux furtifs dans le noir des paupières.
Puis les évènements s'enchainèrent très vite. Le métier est superstitieux et beaucoup de comédiens fréquentent voyants et astrologues. C., une comédienne avec qui je me lie d'amitié, et à qui je confie mes curieux troubles (qui restent inexpliqués par les médecins), me convie à voir une astrologue, madame L., qui, peut-être, m'aiderait à voir plus clair.
J'y vais à reculons: les théories irrationnelles m'attirent et m'inquiètent. Madame L. m'explique les caractéristiques de mes signes, scorpion ascendant lion, etc... Au cours de la séance je lui fais part des curieux symptômes que je dois supporter de jour en jour. Elle se met à tousser et doit interrompre la séance. Elle me dit, usant de son vocabulaire ésotérique: « vous êtes très chargé »... Cette expression est le premier diagnostic « occulte » que je reçois. Elle fait brûler de l'encens. Fort aimable, elle me conseille vivement de visiter un médecin homéopathe d'une de ses connaissances. Le Docteur T. de la rue de Rome, avec qui rendez-vous est rapidement pris. Dès mon arrivée, dans son cabinet, celui-ci m'observe d'un curieux œil. Je lui fais la litanie de mes symptômes et de l'historique des évènements. Son diagnostic est si brutal que j'en reste coi : « vous avez attrapé une saloperie ». Je comprends d'instinct qu'il ne parle pas de quelconques microbes ou de virus, mais « d'autre chose ». De forces occultes négatives. Je suis surpris de ce vocabulaire à une époque où tout un chacun ne jure plus que par la psychanalyse.
Je m'insurge et me souviens lui avoir dit: « mais nous ne sommes plus au Moyen-âge ». Il me signifia par une réponse cinglante dont je ne me rappelle pas des termes précis que l'occulte était une réalité hors du temps et des modes. Ce médecin veut bien m'aider mais il a besoin, pour appuyer son diagnostic, que je fasse la rencontre d'avec un rebouteux clairvoyant, monsieur G., vivant en banlieue parisienne. Le docteur T. me loue les capacités qu' a ce clairvoyant de visualiser et de nettoyer les énergies négatives … et même de dégager les suicidés. J'ai l'impression de vivre un terrifiant parcours de combattant dont le dénouement est proche. J' ai de plus en plus peur. Un rendez-vous est rapidement pris avec ce monsieur G. et je me retrouve dans son cabinet quelques jours plus tard. C'est un homme de 75 ans. Les minutes passées en solitaire dans la salle d'attente est un de mes pires souvenirs. Monsieur G. sort de son cabinet et me dit de le suivre. Lui aussi me regarde d'un drôle d' œil. Suis-je à ce point étrange ? Après m'avoir manipulé le squelette, tiré dessus à hue et à dia, rééquilibré le bassin, les jambes,...voici qu'il prend une curieuse expression et qu'il me fixe dans les yeux,. Il me dit : « vous avez quelque chose dans le psychisme. Voyons voir ». Il ferme les yeux, se concentre, se place sur ma gauche et pose sa main droite sur mon épaule. Intérieurement, pris de panique, je récite intérieurement le Notre Père de mon enfance, puis je vois Monsieur G. s'écrouler et se rattraper au vol au dossier de sa chaise. Il est livide, cherche son souffle. Je reste décontenancé, ne sachant comment lui offrir mon aide, quant à la raison de son état. Son verdict est atroce, même assassin:
« Je n'ai jamais vu cela. C'est très fort, c'est noir et rouge...
(Note: 2 des 3 couleurs de l' oeuvre alchimique-JP)
...Cela fait 50 centimètres d'épaisseur, c'est étalé sur l' ensemble de votre dos, c'est VIVANT. C'est sans doute une entité démoniaque. ».
J'en suis si abasourdi que je lui parle de suicide si ça continue.
- « Ne faites jamais ça, vous en auriez pour des siècles... »
- « Et Dieu ? »
- « Dieu ne s'occupe pas de cela ».
- « On attrape ça comment ? pourquoi ? »
- « A cause de vibrations négatives avec l'univers. Je vous conseille d'aller dans un monastère, au moins 3 semaines. Cela vous aidera peut-être à vous dégager. Ayez des pensées positives »...
Si je les dis sûrement dans le désordre, les mots de G. sont inscrits dans ma mémoire, ils sont tels quels, et je m'en souviens avec une précision redoutable. Avoir des pensées positives, après un tel choc ? Qui saurait exprimer l'intense désarroi, et la honte, qui furent les miens quand je suis ressorti de son cabinet (je notais au passage que malgré le verdict, et son incapacité à m'aider, il n'oublia pas cependant de se faire payer) ? L'effarement, l'affolement, et l'affliction, étaient indescriptibles. Je me revois encore, errant, dans le parc de Vincennes. Damné, j'étais damné ! Et je n'avais pas même le droit de mettre fin à mes jours. Paris portait le masque de la mort, d'autant que le milieu artistique était très frappé par le sida, et que de multiples camarades découvraient leur maladie, au travers de fièvres, de ganglions, etc... Je n'étais pas au chapitre de la mort, certes, mais la maladie concernait le corps seul; en ce qui me concernait, c'était l'essence même de mon âme qui était en péril. Un péril qu'il m'était interdit de révéler de crainte de passer pour fou, dans un milieu où ragots, jalousies et tiraillements entre individus abondent.
Depuis quelques semaines, je jouais dans une pièce et gagnais petitement ma vie ainsi: il était donc hors de question, malgré le choc, d'abandonner la troupe. Je fis quelques aveux à la comédienne qui m'avait envoyé voir l'astrologue mais sans plus. Un pareil verdict me sommait de me taire. Chaque soir, je faisais donc du théâtre car, malgré tout, il me fallait avancer, sinon je n'avais plus qu'à finir mes jours à l'hôpital psychiatrique. Curieusement, je n'eus pas l'idée immédiate d'aller courir les prêtres et les exorcistes. Docilement, je pris rapidement contact avec un monastère de Haute Savoie et réservais une place pour le début d'été. Imaginez-vous ce mal de vivre ? L'assommoir d'un tel verdict, d'une pareille condamnation ? En cette fin de printemps, les premiers phénomènes paranormaux commencèrent à se manifester :
  • Une nuit d'insomnie terrible, mon corps brûle. Je crie de douleur : « je hais Dieu ! ». De l'armoire de ma chambre sort un craquement énorme. Stupéfaction. J'en suis presque heureux: enfin, l'invisible réagit et se manifeste. Je sors de mon lit. Aucune trace de fêlure dans le bois alors que le bruit fut énorme.
  • Quelques jours plus tard, alors que je fais la vaisselle, et que je ne suis dans aucun état second, je ferme les yeux : un visage triste m'apparait dans l'écran noir des paupières. Cela n'a rien à voir avec l'imaginaire : le visage est là, tangible, comme un masque de théâtre, celui de Jean qui pleure. Strictement, tout donne raison au clairvoyant G. Je suis bel et bien possédé.

    (Le Gall-Marzin (copyright) + accord à JP de l' Ecrin Sonique)

KUNDALINI, UNE EXPERIENCE (seconde partie)

(Falling skies)
" ...C'est noir et rouge...cela fait 50 centimètres d'épaisseur, c'est étalé sur l' ensemble de votre dos, c'est VIVANT..."

"Je revois le docteur T., il me reçoit à la manière d'un pestiféré. Le clairvoyant lui a parlé. « Ah ! Vous et votre énorme problème ! »... Le traitement homéopathique qu'il me donne n'a aucun effet. Je vis tant bien que mal et dois me taire et me confiner dans le secret, tout en vivant dans le tournis de comédiens. C'est un isolement dans la foule, indescriptible. Seule ma jeunesse me permettait de tenir.
L'été arrive. La saison théâtrale s'achève. Je me rends au monastère de Haute-Savoie pour une longue retraite comme prévue. Le père hôtelier est le frère de Jacques Lacan. Je me confie à lui. Il me conseille de rencontrer des gens du Renouveau Charismatique, spécialisés dans les cas d'infestations démoniaques. De fil en aiguille, je change de monastère, et me retrouve dans le sud de la France, vers Saint-Martin de Castillon, dans un lieu spirituel qui accueille des paumés de toutes sortes. Celui qui dirige l'endroit, Henri C., me pratique un rituel d'exorcisme. Rien n'y fait. Henri C. note le lendemain, dans son propres corps, des douleurs articulaires. La seule chose de singulière que j'observe est que, sortant de la chapelle, je suis pris d'une épouvantable douleur dans le dos : je me dis que l'entité réagit et ne supporte pas cette atmosphère spirituelle. C'est donc bon signe.
Une nuit, je me réveille dans le dortoir spartiate, où nous dormons à plusieurs. Il est environ une heure du matin. Je décide à descendre et d'aller prendre l'air. Je traverse les pièces obscures. Quelque chose m'attire dans la cuisine. Je m'y rends. Là, stupéfaction, je vois un point lumineux blanc à environ 1 mètre 50 du sol. Exactement comme une étoile mais à juste quelques pas de moi. J'observe le phénomène. Je quitte la pièce interloqué et décide de rentrer à nouveau dans la cuisine mais par son autre entrée: là, je suis confronté, non plus à 1 point, mais à 7 points lumineux qui dessine une forme géométrique parfaite : un losange.

                                                                      *      *      *
                                                               *                             *                     *
                                                                     *                *

Dire que j'ai peur serait faux: je suis tétanisé. Encore une fois, j' observe le phénomène, ne m'en approche pas, n'ai pas idée de tenter de frôler du doigt ce qui apparaît comme être une curiosité électrique. Je n'attends pas que le phénomène cesse, je sors de la cuisine et du bâtiment. Dehors, les étoiles dessinent des constellations qui sont moins parfaites que celle que je viens de voir. Je rentre, visite à nouveau la cuisine...il n'y a plus rien. Je remonte dans le dortoir. Au moment, où je me couche, et alors que la pièce est hermétiquement close, un souffle perceptible passe au-dessus de moi. A mon sens c'est une force démoniaque. Il est si tangible que de la poussière tombe du mur de pierres de ce grenier où à une dizaine nous dormons. Je trouve un sommeil difficile où des mains négatives tentent de m'attirer dans l'abîme.
J'en parle à Henri C, le maitre des lieux. Il juge que l'affaire est suffisamment grave pour en parler à un exorciste du Renouveau. Ce prêtre professe à Lille et je dois donc m'y rendre. Le diocèse me logera. Je prie beaucoup. Rien n'y fait. Quelques jours, plus tard, je suis donc à Lille. Le prêtre, cette fois, exécute un vrai rituel d'exorcisme, qui apparaît très costaud. Il est accompagné d'une fille, clairvoyante elle aussi, qui pleure en me voyant. Elle annonce : « l'esprit est là, il vient ». En effet, à peine a-t-elle énoncé cela que, depuis le sommet du crâne, une énergie descend et littéralement, me laboure l'organisme. Je suis parcouru de frissons, de vibrations et d'une espèce d'extase. Cela dure quelques secondes. Le prêtre et la clairvoyante remercient à haute voix le Seigneur. L'exorciste me dit que le travail est accompli et me demande d'aller prier dans la chapelle attenante et, à mon tour, d'aller louer Dieu. Je m'exécute. Ce qui cependant me surprend est qu' en priant tout en écoutant mon organisme qui apparemment devrait être libéré du mal, je ne sens physiquement aucun soulagement : les brûlures sont les mêmes. J'en fais part au prêtre que je revois et qui me dit que lui «et l'esprit ont fait leur travail », que certains symptômes persistent après le dégagement et que je n'ai plus qu'à attendre.
Je quitte Lille, un peu sonné de tout cela, et me rends à nouveau à Paris. Je constate que rien n'a changé et que je connais les mêmes difficultés, dont la fatigue qui se fait de plus en plus prégnante. De ce jour, j'ai perdu ma confiance en tous: prêtres, médecins,... Je reste prostré et affligé de mon état et dois me secouer pour chercher du travail. Parallèlement au théâtre, je prends des cours de chant et me découvre une vraie voix de contralto masculin. Cela m'aide à supporter l'existence mais rien de plus.



(L' artiste qui aura réalisé cette affiche pour la pièce où jouait Chris ignorait bien sûr tout de son état !)

Les autres phénomènes que je vais vous décrire se sont déroulés au cours des années qui suivirent. Rêves lucides. Visualisation à deux reprises, après des efforts psychiques, dans le noir des paupières, de roues lumineuses grisées avec plus ou moins de rayons. J'apprends des années plus tard, qu'il s'agit de shakras. Sensation de corne qui pousse entre les deux yeux, parfois spontanément, parfois au cours de prières: Ajna-Shakra. Au cours de ces évènements, je ne conceptualise rien car je ne sais pas même ce qu'est un shakra. Visite chez un bio-énergéticien: contrairement aux exorcistes, il réussit, lui, à mettre le doigt sur « l' entité »: au cours d'un exercice, mes épaules sont secouées de spasmes violents et un hurlement terrible sort de ma bouche. Un cri que je n'ai pas poussé. Je suis aphone plusieurs jours. Certaine nuit, je sens un épouvantable bloc de haine dans mon dos. Je lutte à mourir contre cette force. Le diagnostic de possession de G. ne fait aucun doute.
Dans une librairie ésotérique, je découvre enfin des ouvrages sur les shakras et reconnais exactement ce que j'ai vu par vision intérieure. De plus, dans un livre sur la Kabbale, je découvre que la forme géométrique que j'ai vue représente l' Arbre Shéphirotique, ou Arbre de Vie...


...A la différence que la figure était horizontale et non verticale, et qu'elle contenant 8 points en tout au lieu de 11.
(Note: initialement, l' arbre est constitué de 10 séphiroth. Chris inclue la séphire "cachée" ou "inconnue", au croisement des sentiers, située juste au dessous de celle du sommet-JP)
Je tiens donc une piste. Je lis aussi le livre de Gopi Krishna, « Kundalini » mais je ne fais aucun lien avec ma propre expérience : lui est béni des Dieux, malgré l'épreuve, et moi, je suis maudit. Je ne pratique pas le yoga ni la méditation za-zen qui sont des disciplines orientales (quand, breton, je suis extrême-occidental) et qui ne m'intéressent nullement. Constatant malgré ces lectures, et ces ouvertures, aucune amélioration, bien que je puisse vivre une vie à peu près normale, je décide de pratiquer l' Aïkido car, souffrant constamment, j'ai tendance à être de plus en plus agressif, et c'est un devoir de maitriser cette agressivité et ces accès de colère folle dès que l'on m'irrite un tant soit peu. Je ne fréquente plus aucun cabinet de médecin, c'est inutile. J' ai fui le docteur T., poursuis mon parcours artistique solitaire, tout en devant jongler avec ce qui est le plus gênant pour mon métier : des crises de suffocation et une fatigue chronique plus ou moins aigûe. Certains jours, cela va très bien; d'autres, je suis abattu, et respire très mal. Le dernier verdict auquel j'ai eu droit, est « spasmophilie », syndrome fourre-tout et maladie à la mode, verdict qui se mutera ensuite en « fibromyalgie ». Je ne fréquente plus les églises qu'en solitaire. Je me fais des amis mais n'ai quasiment pas de vie affective, car je ne désire me confier à personne de mes troubles. Si j'ai une vie sexuelle, homosexuelle et hétérosexuelle, je me méfie des êtres humains car le déclencheur fut cette rencontre estivale avec ces musiciens que, d'ailleurs, je ne vois absolument plus. Le chant classique que je pratique me soulage mais ne me libère pas. Quand je vais trop mal, je me terre.
Ce que je note de curieux est l'émergence de bruits autour de ma tête et de ma nuque. Ces bruits, semblables à des crépitements, à des froissements, s'intensifient au cours des ans, au point de finir par être audibles à l'extérieur. Ma sœur s'en effraye ou s'en amuse. Elle peut parfois les entendre à 2 mètres de distance. La même chose m'arrive au cours d'un stage entre chanteurs à l'ouïe fine qui, étonnés, les perçoivent aussi. Une vie intime me devient impossible: comment expliquer à autrui ces curieuses manifestations qui effraye tout un chacun quand je les évoque ? Je vois assez régulièrement un prêtre orthodoxe dans le 13 ème: nous discutons spiritualité, il profère des exorcismes qui me soulage psychologiquement car je me sens entre de bonnes mains mais n'obtient aucun résultat. Idem avec une femme que je vois chaque mois pendant 2 ans et avec qui nous prions dans la chapelle qu'elle a installée chez elle. Rien de rien, je brûle. Pour ces âmes chrétiennes, c'est le signe que je suis déjà en enfer ! Après une quinzaine d'années, je quitte Paris dès que cela est possible matériellement et m'installe seul en pleine campagne, dans un coin paumé d'Auvergne.

Dans les années 2000, alors que cela fait des années que je vis cette tragédie, quelques évènements paranormaux viennent encore « égayer » mon existence...
Une de mes grandes amies qui vient de décéder, Orla, m'apparait 3 mois après son décès, une fois de plus dans le noir des paupières, dans un flash, alors que je ponce un parquet, aucunement dans un état second ou modifié ! Orla est d'une beauté indescriptible. C'est elle, et c'est plus qu'elle. Je téléphone à son ami de l'époque et lui demande de voir des photos d' elle. Je monte à paris à cet effet. Sur les photos de ses 20 ans, je la reconnais. On est loin de la beauté ravagée par l'alcoolisme. C'est elle, elle qui, avant de mourir, me disait « Je suis une sorcière ». Orla était transsexuelle, elle m'est apparue sous la forme d'une divinité féminine sublime. J'en suis bouleversé. Pourquoi m'est-elle apparue, et à moi seul ? (J'ai appris plus tard qu'Orla s'était manifestée lors de son enterrement). Aucun autre décédé ne m'est apparu. Je la ressens comme un guide, comme quelqu'un que je peux appeler en temps de détresse.
En 2003, après un tournage, alors que je traverse Paris en pleine nuit dans un état d'épuisement maximal, au cours de la fameuse vague de chaleur, je m'immobilise soudainement en pleine rue. Spontanément, je glisse dans un état second, de ce plan à un autre, la rue arborée devant moi se transforme tout à coup en un tremplin et en un chemin de lumière: les arbres se démultiplient et apparaissent être des faisceaux colorés dont les nuances sont ineffables; le paysage est entièrement vibratoire et, fait incroyable, il est conscient; il émet non seulement des volutes de couleurs mais aussi un amour indescriptible. De plus, une voix qui descend depuis le sommet de mon crâne, douce tout en étant ferme, ferme tout en étant douce, me révèle trois choses liées à mon existence. Je n'en confierai que la première :
-Tu es un fils de la Lumière.
Je comprends que Dieu n'est pas le père Noël mais un Principe qui parcourt tout le cosmos, qu' Il est l'essence même de la Vie. La redescente dans le corps est difficile et laborieuse. J'aurais préféré quitter ce plan et ne pas revenir. Les jours suivants, je les passe à pleurer d'émotion et de joie.
Autres petits faits « anormaux » marquants: poursuite des rêves lucides où j'agis en pleine conscience (et où je pratique souvent l'exorcisme ! Et me bats contre des forces démoniaques), paralysie physique après le sommeil où je me retrouve coincé dans une spirale de couleurs dans l'incapacité de bouger, synchronicités multiples, manifestations d'animaux chéris après leurs morts, etc... Les choses s'apaisent, ma santé est stable, malgré la poursuite des symptômes de brûlures, mais au moins, je ne vis plus le stress de ce métier. Ma consolation sont ma famille, les rares amis et les animaux dont je me sens très proche. En Auvergne, Je vis dans une espèce de chapelle intérieure et fuis les relations sociales. Je dois, hélas, déménager, car le coin où je vis, Les Combrailles, fourmillent de sorciers, et certaines gens m'ont à l'œil.
Deux phénomènes énergétiques s'accentuent : les bruits, tout d'abord, sous forme de crépitements, et une seconde: si je me concentre un tant soit peu, mentalement, et me confronte à cette force, mon dos fait un violent soubresaut. Parfois, j'ai l'impression de receler un moteur de turbo en action à l'intérieur et à l'extérieur de mon dos. Alors que durant une dizaine d'années mon existence fut comparable au Cri de Munch...


...Une forme d'apaisement s'est mis en place, et j'espère ainsi vieillir doucement et lentement, ne plus en parler, et mourir, bien que possédé, de ma belle mort, jusqu'à ce que l'an dernier , en 2011, l'organisme se met brutalement à crier à nouveau sa douleur, et qu'il soit passé de la fatigue à l'épuisement.. Je dois arrêter ce qui constitue mes derniers plaisirs: le vin et le cigare, et tout ce qui peut nuire à mon fragile équilibre tant psychique que physique. L'abandon de la toute vie affective et sexuelle est aussi une nécessité, car je ne supporte pas les soubresauts causés par l'état amoureux. La moindre jouissance me met à plat plusieurs jours. Ainsi, je me retrouve quasi en état d'ermite, à vivre selon des règles monastiques et d'érémitisme que je m'impose sans les avoir cherchées. Une hygiène supplémentaire de vie est indispensable si je veux que mon organisme supporte l'épreuve: aucun écart n'est alors possible."

(Le Gall-Marzin (copyright) + accord à JP de l' Ecrin Sonique)

KUNDALINI, UNE EXPERIENCE (troisième partie)



"C'est avec beaucoup de réticence que je rencontre à nouveau, forcé par mon état de santé, un médecin et rebouteux exorciste. Le deuxième donc, après le docteur T.
A l'énoncé de mon histoire, son verdict me sidère: « Kundalini, phase 1 » ! Le diagnostic me stupéfie pour deux raisons: Kundalini, je n'y avais jamais pensé, on ne me l'avait pas non plus suggéré, jamais; et phase 1 ? Après tant d'années ? Ce qui aussi me semblait incongru était l'extrême négativité des premières expériences; pourquoi donc une Kundalini qui, en soi, représente l'évolution suprême et destinée aux seuls mystiques et yogis, était-elle aussi boueuse, aussi sale, aussi infernale ? Et me revint ce souvenir, celui de Gérard, la seule personne que j'avais rencontrée à Paris et qui souffrait de troubles à mon avis plus spécifiques de la Kundalini: un mal-être associé à une sensation de courants électriques dans la colonne vertébrale, et de chauds et de froids. Cela était survenu après le décès de son père. Après l'avoir rencontré, je lui avais suggéré d'aller voir le docteur T. et le clairvoyant G. Il n'en eut pas le temps, ayant préféré se suicider plutôt que de continuer à supporter son existence où il se sentait amoindri, entouré d'une famille qui ne le comprenait plus. Son calvaire avait duré 2 ans, le mien, 7 déjà. Lui, à mon avis, vivait une Kundalini: les histoires de courants électriques en étaient la manifestation. De mon côté, je n'avais nullement pensé à pareil phénomène me concernant. Si j'avais une part de mysticisme, cela ne me semblait pas suffisant pour déclencher un phénomène qui avait été estampillé, une bonne fois pour toute, « possession ».
Que Gérard, donc, ait vécu une Kundalini, je n'en avais pas douté, mais que je vive cela moi-même me consternait... Le rebouteux rajouta: « vous souffrez car votre Kundalini est instable. Ce que vous appelez l'Esprit-Saint qui vous a labouré appartient aussi à Kundalini. Considérez cette force comme votre alliée et non comme votre ennemie ». Là, j'étais plus qu'assommé ! Moi qui m'attendais à un exorcisme en bonne et due forme, l'on m'enseignait, et un enseignant plus jeune que moi, tout le contraire.
C'est ainsi que, de proche en proche, intrigué, je fis la connaissance, par le biais de la toile, de Noésis et de son binome, qui, après quelques courriels d'échange, m'assomma une seconde fois avec ce verdict similaire: « KUN-DA-LI-NI ».
Je passais donc du statut de possédé à celui de « kundalinisé ». J'avais en effet compris, au bout de plusieurs années et en cela, j'étais d'accord avec Noésis, qu'un processus s'était mis en place, que je pensais être de dégagement et non de Kundalini. En effet, le phénomène avait commencé à l'ancrage même de la Kundalini, au shakra-racine...
Je m'étais dit: « l' entité » est entrée par là. Jamais n'avais-je eu idée d'avoir déclenché spontanément un phénomène latent en chacun d'entre nous. Jamais ! Fallait-il que je sois sot, et que mon entourage aussi le fut ! Vivais-je une possession déguisée en Kundalini ou un autre phénomène encore plus complexe que celui reconnu ou, réellement, une Kundalini confondue avec une possession ? Car s'il s'agissait de Kundalini, celle-ci avait puisé sa force dans le bourbier de puissances apparemment démoniaques... Peut-être que cela correspond-t' il aux caractéristiques du premier shakra, dont les couleurs symboliques, le rouge et le noir, rappellent celles que G. avait visualisées et qui ont trait aux forces et aux puissances de la terre, à la sexualité... Cette sexualité qui m'attirait et que je redoutais plus que tout. Il est bien évident qu'avoir, inconsciemment, déclenché un processus en soi, et éveillé une force qui, toujours latente, relève d'un mécanisme totalement différent que celui d'une possession qui n'est qu' entrave de soi. Noésis a immédiatement considéré que le diagnostic posé par la clairvoyant m'avait mis sur une fausse route qui eut pu, étant donné la violence du verdict, m'être fatal. Cependant, je prends avec prudence, cette nouvelle donne car, si une première erreur a été manifeste, une deuxième ne serait-elle pas possible ?
Plus le temps passe, toutefois, plus la notion de processus interne, tout comme celle de continuum dans les phénomènes paranormaux, tous reliés par un fil d'une logique interne, et sont autant de messages de l' Invisible, m'apparaissent évidents. Je note aussi que ces apparitions et autres phénomènes me sont tous arrivés quand j'étais seul. Je me remémore aussi l'air dubitatif de G., disant qu'il n'avait « jamais vu cela ». En réalité, il ignorait la nature de ce problème. Les énergies qu'il avaient vues avaient bien évidemment quelque chose de profondément sales car, étant à l'aube du processus, elles n'étaient ni raffinées, ni purifiées. Elles n'étaient pas non plus dégageables, car l'on ne se dégage pas d'une Kundalini, on l'aide à s'accomplir ! G. qui avait « dégagé »de multiples personnes, lui, qui avait réparé les énergies (dont celles de vedettes du show-business. Une chanteuse parla de G. dans un livre) et rééquilibré des gens, s'était-il retrouvé donc pour la première fois avec un cas de Kundalini singulière qu'il n'avait donc pas reconnue ? Quelles que soit la réalité et la nature du phénomène, ce n'est certainement pas le rejet odieux de pestiféré que j'avais connu de la part du Docteur T., prétendument initié, et du clairvoyant G., qui était indiqué. Et, n'est-ce pas, quel manque absolu de tact et de psychologie !

Si je fais un bilan terrestre, je ne retire ici-bas que fort peu d'avantages de ce phénomène énergétique, qui aura sapé ma vie à tous les niveaux. Néanmoins, j'en tire certaines certitudes qu'on pourrait considérer comme rassurantes: celle de l'existence de plans « autres », d'un Au-Delà où la Vie s'exprime, et d'une manière bien plus épanouie, celle de la réalité d'une Lumière infinie à laquelle nous sommes, par principe, reliés...
(Note: le terme de "lumière" revêt un côté généraliste. Ainsi, Patrick Burensteinas, l' alchimiste, l' utilise comme la quête alchimique. La façon dont en parle ici Chris s' en approche beaucoup. Je l' aurais, pour ma part, utilisé différemment sur ce blog-JP)
... Mais qui dit Lumière dit par conséquent Ténèbres ou Abîme...
(Note: la "lumière" est une, les "ténèbres" sont multiples-JP)
...Cet abîme que G. m'a quasiment promis. Aussi, rien ne me rassure tout à fait. Je suis à ce sujet fort anxieux, malgré ce qui m'aura été révélé au cours de cette promenade nocturne, et le plan merveilleux qu'il m'a été donné de discerner. L'incarnation terrestre m'est assez amère, elle m' est parfois à la limite du supportable, je ne le cache pas, et elle m'effraye à bien des égards car je vois comment nos proches finissent, et finiront, mais nous n'avons pas de connaissance de comment ils démarrent leur nouvelle existence sur les plans éthérés. La perspective de la Mort m'est douloureuse et je ne rejette pas l'idée du suicide.
Bizarrement, je n'ai pas sauté au plafond d'apprendre que cette« possession » serait une « Kundalini »: les symptômes sont tout aussi pénibles et ravageurs. Cela reste un processus énergétique méconnu dont je ne connais pas la finalité. S'il représente un accélérateur spirituel, une espèce d'ascenseur vers l'au-delà, que cette Kundalini, alors, agisse au plus vite ! J'aurais préféré 1000 fois avoir une vie simple et douce mais le hasard, le destin, la causalité, l' invisible…appelons cela comme on veut...en auront décidé autrement. Je finirai ce témoignage en mettant deux points cruciaux en exergue.
Premier point: cela m'est proprement sidérant de lire sur la toile le témoignage de personnes, souvent adeptes du yoga, qui recherchent le déclenchement kundalinien. Ils ne savent pas, ces aspirants-initiés, que ce processus peut conduire au suicide et à la folie.
Deuxième point: je ne dis pas avoir raison, je ne prétends pas dire la vérité, mais dévoiler le fond de ma pensée: il n'existe aucun véritable initié sur cette Terre, seuls existent des personnes qui peuvent vous indiquer des pistes. En cela, je rejoins le christianisme de mon enfance. Chacun est voué à la mort et à sa destruction. Ceux que l'on présente comme des initiés ne sont pas en majorité faux, ils sont tous des faux, et la nuance est de taille. Personne n'est à même de maitriser les forces cosmiques. Strictement personne ! Nous vivons tous sous le joug de forces qui nous sont supérieures, qu'on le veuille ou non. Ceux qui prétendent le contraire, et voyagent de palaces en palaces pour initier la plèbe occidentale, sont des menteurs. Plus l'on avance dans le Mystère, plus ce Mystère, bien que lumineux, est obscur. Nous vivons en plein oxymore. Bien sûr, il existe des personnes qui ont des notions rapportées intuitivement ou de manière paranormale (EMI, etc...) de l' au-delà, mais cela est insuffisant. Faire quelques pas de son vivant terrestre dans les plans spirituels ne garantit nullement la détention de la connaissance. Même ceux qui ont expérimenté le passage de l' autre côté du miroir, et en sont revenus, ne peuvent se présenter comme initiés. Il dispose de quelques cartes mais pas du jeu lui-même, ni des règles qui le façonnent. Le maitre spirituel est interne, on ne cesse de le répéter mais, même si nous sommes en contact avec la maitresse dite Kundalini et qu'elle est actionnée en nous, ce ne sont là que les premières marches. Je ne crois nullement en la divinité du Christ ou de la Vierge, eux-mêmes n'étant que des créatures. Dieu seul est initié. L'homme ne peut lui atteindre qu'une infime part de l' Initiation véritable qui n'est pas d'ordre terrestre. Le docteur T. et le clairvoyant G. m'avaient été présentés à l'époque comme des initiés, la crédulité de mes 20 ans et ma naïveté, ainsi que mon égarement, m' auront eu. Un élève de maternelle prétendrait-il faire de hautes études universitaires. Sur cette terre, nous en sommes loin. Nous sommes filles et fils de la Lumière mais nous ne sommes pas la Lumière elle-même. Être son propre Dieu est une des hérésies du Nouvel Âge, cette religion fausse qui n'est que l'émanation du terrifiant Nouvel Ordre Mondial. Mes propos semblent-ils être sévères et secs, ils le sont: je ne me pardonne que difficilement d'avoir cherché à provoquer les cieux et l'on ne mettra jamais assez en garde les naïfs contre les dangers de la Kundalini. Car il y a péril en la demeure. Je suis encore vivant, c'est un miracle qui m'est incompréhensible, quand j'ai vu tant de gens mourir du cancer, du sida... Si j'avais un seul conseil à donner: contentez-vous de prier doucement et d'éviter les émotions fortes qui sont à mêmes de déclencher en vous des processus dont vous ignorez totalement où ils vous mèneront; croyez bien que je parle en connaissance de cause. C'est aussi le message du défunt Georges Morrannier dans les livres écrits par trans-communication par sa mère, Jeanne Morrannier. Noésis ou d'autres sont sans doute à même de poser un diagnostic sérieux, je dis bien «sans doute », mais personne n'est capable de proposer les pistes de guérison et de soulagement réels du processus des forces kundalines. Je défie quiconque de me prouver le contraire. Prétendre ce contraire, serait se positionner dans la toute puissance, quand l'orgueil est en soi un obstacle spirituel. Mon propre corps étant un champ d'expériences et de batailles sanglantes depuis 30 ans, faites en sorte que le vôtre ne le devienne pas. Je ne souhaiterais pas à mes pires ennemis (quoique...), et Dieu sait que j'en ai, de vivre au quotidien ce que je vis. « Kundalini » m'a rendu agressif et, dans une certaine mesure, dangereux. Parmi ces ennemis notables, se compte la pléthore de prétendus initiés, initiés qui sur cette terre, je le répète, à mon sens, n'existent pas; ceux-là qui fréquentent les loges ou vouent à la laïcité et parent l'avortement des vertus du « progrès ». Je romps en visière contre ceux-là, aussi contre ces dits Yogis qui appellent au déclenchement de leur déesse Kundalini. Si cette « énergie » d'une extrême violence, est à même de faire de vous un mystique, elle est aussi susceptible de faire de vous un assassin. J'en sais pertinemment quelque chose car mes réactions peuvent être terribles ou terrifiantes ! Ce qui m'anime est l' énergie anormale du désespoir, où l'on se retrouve prématurément usé et à la fois capable de prouesses. Fort de mon expérience, il me semble d'être en droit de rajouter ceci: ne croyez à aucun gourou qui soit extérieur à vous ! Ce sont tous des faux prophètes. Allez vers Dieu, si possible dans la douceur, et non pas au travers de cet « accélérateur » kundalinien qui risquerait de vous foudroyer ou de vous précipiter contre un mur. Il n'est nullement certain que les conseils orientaux soient d'une quelconque efficacité pour les occidentaux déboussolés dans leur quête spirituelle. Déclencher une Kundalini, c'est souvent une catastrophe annoncée ou, tout au moins, un voyage bien plus périlleux que prévu. Votre vitalité est précieuse, ne la gâchez pas. Pour vivre une Kundalini qui soit heureuse, le dépassement de l'ego, de la sexualité, de la négativité de la pensée, de toute forme d'avidité, sont indispensables, et encore ! Gopi Khrisna, pourtant hindou, pourtant à première vue prêt, n'eut-il pas à en pâtir ? Qui peut se targuer de disposer à foison de ces éléments qui rendent à même d'accomplir le Grand-Oeuvre de la transmutation du plomb du shakra-racine, à l' or du shakra-couronne ?
Je ne dis pas que ce plomb, visualisé par G., ne se transmutera pas. Mais que de souffrances passées et qui sait à venir, avant qu'il ne vire à l'or ! Que Noésis accepte mon témoignage, et cette vision sans doute singulière de ce phénomène, fruit d'une expérience trentenaire. Le substrat culturel dont je suis issu (Bretagne), mon signe astrologique (Scorpion)...
(Note: le scorpion peut être symboliquement représenté par un aigle et un serpent, comme au Mexique, pays du "serpent à plumes"-JP)

(Source)

...Et ma naissance très avant-terme (7 mois), sans compter ce phénomène énergétique que je n'aurais pas cru probable, sont parties prenantes de cette dureté de caractère, et parfois de méfiance misanthropique et d'agressivité, dont je fais preuve. La certitude de l'au-delà ne m'a donné la sérénité, ni la fascination pour autrui, ni pour le don de soi et d'amour. J'en suis parfois affligé mais c'est ainsi: je n'irai pas, en plus de cette indifférence à la souffrance humaine (mais pas animale !), porter le fardeau de l'hypocrisie. La seule chose qui m'aura sauvé est un certain cynisme et un sens farouche de l'humour, même s'il ne transparaît guère ici. Ma dernière passion est la recherche et la dénonciation des groupes de pression et des lobbies plus ou moins visibles, et la mise en lumière du noyau ténébreux occulte de la Terre, de ces groupes secrets où cet occulte se mêle aux puissances financières et politiciennes, exerçant un pouvoir éhonté sur notre civilisation et, malheureusement, au travers de la pollution, du saccage de la faune et de la flore, sur notre Terre. Ce « phénomène énergétique » exacerbe la sensibilité et démultiplie les sensations psychiques, au point de rendre parfois la relation humaine difficile."

(Le Gall -copyright- + accord à JP de l' Ecrin Sonique)

KUNDALINI, UNE EXPERIENCE (conclusion)


"Au début des phénomènes, un de mes soucis était que mon entourage me croit. A mon avis, cet entourage m'a plutôt pris pour un fou. Cela n'a plus la moindre importance car chacun suit son chemin. L' athéisme ou la foi du charbonnier de quiconque, ainsi que le jugement, me laissant désormais totalement indifférent. Il est en tous les cas certain que, très jeune, à mon corps défendant et pourtant consentant, j'ai, sans discipline spirituelle et sans maitrise aucune, grave erreur que je confesse, ouvert les portes, par le biais du shakra-racine, à une expérience qui peut-être ne m'était nullement destinée, d'où l'apparition de ce visage triste à l'aube du processus lui-même.
Cet éveil fut à la fois forcé, et prématuré, car je ne disposais pas des atouts spirituels et physiologiques nécessaires. Si cela avait été le cas, j'aurais vécu une Kundalini plus heureuse, qui ne se serait pas manifestée par cet amas d'énergie négative perçue par G. et ensuite directement par moi-même. J'aurais puisé sans le savoir dans le bourbier ténébreux de l'Univers psychique, de l'inconscient collectif, et des plans inférieurs auxquels le premier shakra est sans doute relié. Kundalini est un fleuve électrique qui détruit ou encense et porte aux nues. Nous verrons bien quel sera l'accueil que l' Invisible me fera après le passage inéluctable de la Mort.
Si ce processus est réellement une Kundalini, je l'aurais en ce cas en partie ratée, sauf miracle. Propulsé vers la divine Lumière ou éradiqué dans les ténèbres éternelles. Si ce phénomène me pendait au nez, peut-être aurais-je pu l'éviter, si je n'avais pas connu cette exaltation auprès de ces musiciens et de ces cercles malsains et si, malencontreusement, je ne m'étais pas précipité vers ce qui figure aujourd'hui mon propre abîme. Ne tentez pas le serpent. A un moment de ma vie, où je sens précisément le déclin physique s'amorcer, il ne me reste, outre peu de santé et des douleurs constantes et identiques à celles du début, que l'amour de ma famille, de la nature et des animaux, et je gis, épuisé, quasiment inerte, et surtout consterné, de ce qu'aura été ma vie, et sans plus aucun espoir concernant cette existence terrestre. L'espoir est une sottise suprême, nous n'avons rien d'autre à attendre ici-bas que de petites joies et de grandes douleurs. J'ai fort hâte de partir, tout en craignant ce départ, ce passage, et même l'arrivée ! La connaissance au sens spirituel, et c'est ma conviction, ne sert proprement à rien, puisque c'est la force divine, et seulement à elle, à qui revient, le droit, et surtout la capacité, de nous sauver du pire. Le blabla de Shri Mataji me laisse de marbre, le baratin sur le mental d'Eckhart Tolle aussi, les ouvrages du souriant Dalaï-Lama, agent de la CIA, sur la méditation, ne m'inspirent pas plus. Si La Kundalini a une utilité, je n'en discerne pas laquelle.
Après la disparition de mes proches, je ne m' interdis nullement de mettre fin à des jours qui me seraient trop pénibles, au risque malencontreux d'interrompre un processus qui m'aurait hissé sur des plans encore supérieurs, je ne sais. Dieu a-t-il une compassion pour ces malheureux-là ou est-il indifférent à ce que vit l'homme tel que l'énonçait si abruptement G. ? Les réponses me seront peut-être données dans le creuset de l'au-delà, mais visiblement pas à ce niveau d' ici-bas.
La Kundalini est un Mystère, même celui pour qui la vit, et dont personne ne peut affirmer la fonction réelle, même si certaines nuits où je me tords dans mes draps dans un mélange d'angoisse et d'extase,  il semble qu'un trait d' union se tisse entre la pauvre créature allongée et le Créateur, comme si un pacte était en cours de signature, entre elle et Lui. A cet égard, on peut alors supposer que la Kundalini, qui part du sacrum et rejoint le crâne...

22ème lame...
...Chris...

...11ème lame, où mon amie N. m' aura fait remarquer ce détail sur la carte. 22, 11: aditionne les nombres, Chris !
...Est le cordon ombilical qui nous relie à Dieu. Un fil cosmique inaliénable. Pourquoi le clapet du Muladhara s'ouvre et s' actionne t-il, libérant ainsi le flot des forces kundalines chez une minorité, et pourquoi reste t-il muet chez tant d'autres ? Le périnée est-il le siège de la vraie spiritualité qui transcende les religions ?
(Note: une remarque au sujet du périnée. "Yahvé Dieu fit à l' homme et à sa femme des tuniques de peau et les en vêtit"-génèse, chapitre 3, verset 21. Le périnée semble être la "couture" de ce "vêtement de peau". Explication: la peau, le derme, est une protection naturelle contre les agressions extérieures. Les êtres primordiaux n' ent avaient nul besoin en l' Eden, avant leur sortie de cet idéal lieu !-JP)
On peut tout imaginer à ce sujet: douleur due au fait que la création est en cours; croissance spirituelle de l'Univers qui passe aussi au travers du corps humain; transmutation spirituelle et énergétique de l'homme; projet, inscrit en l' humain depuis la Source qui l' a émis, de l'union au bloc divin et de sa fusion avec Lui, se réalisant à la mort du corps; déversoir de la Lumière cosmique en soi, au travers d'épreuves inévitables; préparation et Purification du corps à la réception de l'Esprit-Saint de la tradition chrétienne; union des forces d'en bas et de celles d'en haut; sanctification depuis le sacrum jusqu'au crâne par la colonne vertébrale de la divine électricité; serpent cosmique, que la chrétienté confond malencontreusement avec Lucifer, ou alors Kundalini, expression d'un Lucifer réellement porteur de Lumière ?...
Que de perspectives à considérer et à découvrir !
Je vous remercie infiniment de m'avoir lu. En toute sincérité et cordialité.
Post scriptum (après relecture): la Kundalini, je tiens à le souligner, semble être la dynamo du corps spirituel. Sans doute que tout un chacun vit une Kundalini au ralenti. Mais pouquoi celle-ci s'emballe t-elle ? Pourquoi ce moteur dans le Sacrum se met-il à vombrir et à s'accélérer violemment ? Je l'ignore, cela reste une énigme qui vaut celle du Sphinx ! Les "expérienceurs" comme l'on dit maintenant ont-ils pour mission, chacun à leur niveau, de délivrer un message spirituel, comme le firent des prophètes qui reçurent , eux, un écho mondial ? Ce principe dynamique ne va pas sans chaos ni trouble. Le blabla officiel sur le phénomène est inepte: ce serait comme comparer une carte postale figée et féérique au paysage réel avec ses aleas. Quand Kundalini vous traverse, aucune religion n'est plus à même de vous satisfaire car ni Le Christ ni aucune "divinité" ne vient à votre encontre et à votre aide. Vous observerez cependant des moments d' extase et d' effusion de ce que le christianisme appelle la descente de l'esprit-Saint qui participe du même phénomène. Quand vous vivez réellement une Kundalini, plus aucune ambition terrestre n'a de sens. Vous êtes confronté à la fragilité de votre organisme, à l'idée constante de sa mort et à l'espérance en l'Au-delà, une espérance d'autant plus soutenue, que tout personne qui fait cette expérience reçoit des signes. La véritable initiation est kundalinesque. C'est la voie majeure. Il en est sûrement d'autres mais elles me sont inconnues. Pour Dana Goldstein, le fait d'avoir été confronté à ce qu'elle nomme l'égrégore judéo-reptilien aura été le déclencheur de cette Kundalini singulièrement douloureuse. Selon elle, Le Christ est le mensonge suprême des religions du Livre. La chrétienté, en effet, nie l'initiation. A mon sens, elle se trompe lourdement car la vie en soi est une leçon permanente que la Foi en quiconque ne suffit nullement à dépasser.
La Kundalini m'aura rendu extrêmement agressif et violent: plus qu'un serpent dans le dos, c'est plutôt à un crocodile qu'elle m'aura fait penser. La Kundalini est électricité et les chakras en sont les transformateurs. Le passage ne se fait pas sans terreur ni étincelles. Je dois à la Kundalini ma radicalité, que j'exprime au travers de divers écrits et aussi d'un blog. La Kundalini est source de clairvoyance, mâtinée bien sûr d'erreurs mais cette clairvoyance, sans être une science exacte, est l'axe qui m'aura permis de tenir et aussi de percevoir les dangers occultes qui criblent notre société. Il est courant de dire que la psychanalyse est une fausse initiation, elle permet de connaitre ses propres rouages psychologiques mais elle tourne en rond. je rajouterai que la maçonnerie :. est du même ordre: l'initation véritable a horreur de l'ambition terrestre, elles sont antinomiques. De plus, la maçonnerie, fille du Talmoud, est mère de l'avortement, donc de ces millions de germes de Vie que recèle le trésor de la Kundalini. Que cela soit dit être un progrès m'est incompréhensible, provoquant en moi une rage totale.
Mais qui dit trésor, dit épreuves terribles pour l'atteindre. L'humanité n'est pas du tout prête pour l'émergence de Kundalini massive, même si des soubresauts s'expriment ça et là, notamment au travers de ce qui est nommé la fibromyalgie, auparavant la spasmophilie, ce fourre-tout pour médecine dépassée par les évènements. la Kundalini a des composantes démoniaques car, ravageuse, impériale, elle détruit tout sur son passage.
Pourtant, tout en détruisant, la Kundalini protège. Et comment ! Toute personne qui vit ce phénomène serait particulièrement "observée" depuis les plans supérieurs. Un exemple: il aura suffi, au milieu de l'Auvergne enneigée, d'un cri et ma voiture s'est stoppée avant de chuter dans un ravin sur une route verglacée. elle aura fini sur 3 roues et l' arrière relevé: pas une égratignure. j'avais appelé Orla...."



(Le Gall (copyright) + accord à JP de l' Ecrin Sonique)

64 commentaires:

  1. Je n'avais pas lu tout ceci et pourtant ça répond bien aux questions que je voulais te poser. Ça me touche tout ceci, ça me remue de l'intérieur. J'ai bloqué beaucoup de chose chez moi car je sentais que je pouvais basculer et ne plus vivre une vie terrestre convenable, perdre pied, la création est pour moi un compromis entre les deux plans. En vieillissant par contre, j'ai plus de mal à revenir dans ce que l'on nomme la réalité. La vie humaine est si souffrante, d'une énergie lourde. Je vais absorber toutes ces informations et y revenir, Brebis. J'ai besoin de laisser cela remonter.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. pardon La Rouge, il manquait la première partie !

      Supprimer
    2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    4. Merci infiniment !
      Ton détail sur la lumière des paumes est très parlant, c'est ça !!!!

      Supprimer
    5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    7. @La Rouge, je te remercie mais je n'ai pas besoin de conseil. Ecris-moi sur mon autre blog, je ne viens quasiment jamais ici.

      Supprimer
  2. Bonjour , je tiens a temoigner:
    J'ai 32 ans et j ai eu une montee de kundalini a l 'age de 26 ans.J'ai egalement toujours eu l'impression d 'etre un "martyr" de la vie...
    Je suis egalement ne premature a 7 mois et j'ai fait une hepatite a la naissance , je suis reste 3 mois en couveuse sans presque jamais avoir de contact avec ma mere (je n'en ai aucun souvenir ,mais c 'est peut etre la source de cette "sensibilite").
    J'ai eu un accident de voiture a l 'age de 20 ans dans lequel j'ai tue accidentelement mon meilleur amis (22 ans ). Je me suis exile 28 mois plus tard en asie du sud-est , mais la douleur etait toujours en moi...J'avais parfois des acces de colere , et je detruisais tout sur mon passage.Jusqu au jour ou j ai commence a resentir une energie monter dans ma colonne... j'ai directement eu l'instinct de mediter et de l aisser monter cette energie , mais j'ai eu l'impression qu'une force venait lire mes pensee et voulait prendre le controle .
    C'est alors qu'une connaissance est venue s 'ajouter dans mes contact messenger et m ' a parle de Dieu ...
    La kundalini me donnait l'impression de tout pouvoir obtenir et de plier les gens a ma volonte si je le voulais , mais etant chretien a l'origine , j'ai prefere ecouter mon contact et faire la paix avec Dieu que je haisais de tout mon coeur car je le considerait comme tout puissant !
    En pardonnant Dieu , je me suis egalement pardonne et j'ai prie(notre pere) pour moi etre delivre du mal qui m 'habitait (la souffrance dans mon coeur)et j'ai recu un feu magnetique invisible qui est descendu du ciel et je l ai laisse rentrer par le sommet de ma tete et descendre dans le chakra au niveau de mon coeur !
    Ce feu a tout detruit dans mon coeur et y a brule pendant 3 mois ! Je ne ressentais plus rien... Me voici 6 ans plus tard , et cela prend du temps pour que le mentale se transforme a l 'image de cette nouvelle facon de resentir le monde ...
    Si je devais epliquer les principaux changements c 'est qu' avant mon esprit etait mi noir , mi blanc . Je croyais au paradis et a l 'enfer , au bien et au mal ...
    Alors que maintenant je crois que tout est uni pour exister et ne peut etre separe.Rien n 'est absolu ni le bien ni le mal , car une multitude de reaction decoule de chaque action et "equilibre" l'action initiale .
    Voila , desole pour les fautes et les accents.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "t j'ai recu un feu magnetique invisible qui est descendu du ciel et je l ai laisse rentrer par le sommet de ma tete et descendre dans le chakra au niveau de mon coeur !"
      Très juste ! J'ai connu très exactement ce phénomène !

      Supprimer
  3. Merci pour la sincérité de ce témoignage, il est un des plus juste et sensé qu'il m'ait été donné de lire sur l'éveil et la montée de Kundalini de façon prématurée ou artificielle.
    On vous espère rencontrer la Joie sinon la Paix de l'esprit.
    Un autre fils de la Lumière.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie, je ne découvre ce message que aujourdhui !

      Supprimer
  4. Salut,
    Merci pour ce témoignage et désolé que l' auteur ait dut tant en souffrir.
    J'espère qu'il trouvera la paix intérieur.
    @micalement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie, c'est lui-même. La paix intérieure ? Oh, peut-être à la mort...

      Supprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Je découvre seulement aujourd'hui ton témoignage. Quand je pense qu'il y a des "gourous" qui offrent des cours pour éveiller cette kundalini. Je suis très touchée par ton témoignage et peinée que tu ais du vivre autant de souffrances. Je ne sais comment exprimer ce que je ressens, mais cela me conforte quelque part de voir qu'il y a des personnes qui croient quand même en un Dieu bien qu'ils soient athés. Car étant passée par toutes ces phases, me retrouver seule sans "rien" a quoi me "raccrocher" était trop difficile et je suis revenue vers la Lumière 100% pure et le Dieu qui en serait issu ou qui l'aurait créée. Je ne sais pas... quelque chose comme ça. Et surtout depuis ce rêve ou Dieu était présent et m'a montré ce que c'était que l'Amour Inconditionnel. Un ressenti tellement beau, fort et puissant que j'aurais voulu pouvoir garder en moi pour toujours. Tout comme toi il n'y a que l'amour de ma famille et de mes animaux que j'ai nombreux qui me permet encore de tenir sur cette terre ou tout n'est que souffrance. Je t'embrasse bien fort si tu le permets et t'envoies plein de Lumière 100% pure si tu le permets également. Valérie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te remercie, Valérie, ! Mais vu l'état de la Terre, je vois que tant de personnes et d'animaux souffrent désormais.
      Quant aux gourous, je trouve cela, en effet, une honte !!!

      Supprimer
  7. Salut ,j'ai tout lu , c'est triste ,je ne sais pas trop quoi dire sur les effets que tu a ressentit comparer à mon expérience,voilà pour moi en partie ce que j'ai vécu !!
    Comme cela fait 2 ans et demi a peu prêt que ma conscience a évoluer ,j'ai effectivement fait quelques choses dans ma vie ,plus de portables (ondes électromagnétique mauvaises) ,plus de tabac ,pratiquement plus d'alcool , plus de viandes (pratiquement plus) ,et récemment plus de wifi !! et comme beaucoup je me suis renseigner sur les théories du complot ,ma conscience a du évoluer au fil du temps pour prendre de bonne décision !!
    Jusqu’à récemment avec les civilisations anciennes courant fin Aout ,je me suis énormément renseigner dessus à un point ou la aussi ma conscience a évoluer ,c'est à ce moment la ou qu'une petite montée en chaleur dans le dos se fit sentir !!! Ne cherchant pas se que c'était et ne me faisant aucun mal ,cela n'avait aucune importance pour moi.
    Sauf que cette chaleur dorsale était présente souvent ,au bout de 3 semaines en gros je cherchais ce que cela pouvait bien être ,c'est alors que j'ai apprit que c'était surement une montée de Kundalini qui ne voulait qu'évoluer !!
    Début octobre
    c'est alors que j'ai commencer la méditation ,en effet la montée n'a pas tarder a arriver après (entre 2 et 5 min),l'effet est saisissant ,une montée électrique ,chaude ,apaisante du bas jusqu'en haut ,et redescend du haut jusqu'en bas .
    Une énergie qui passe partout ,la nuit n'a pas été de tout repos tellement cette énergie est intense ,malgré cela aucune sensation de fatigue n'est arriver !!! Le lendemain en écoutant de la musique pour la première suite à cette expérience ,je peux dire que je suis restée scotcher devant la sensation du bruit qui m'arriver dans mon casque d'ordinateur ,je ne peux pas expliquer ,on se sents transporter avec la musique ,en faite les sens sont décuplés ,une sensation de légèreté,le vent comme des caresses sur le corps ,la nourriture était aussi meilleur !!! le lendemain quelque chose encore se passe ,en faite c'est comme si le temps ne compter plus et une sensation d'amour intense !!
    Petite expérience faite dans ce que j'ai vécu ,nos pensées attirent d'autres pensées identiques et c'est véridique ,car il m'est arriver de penser quelque chose pour qu'on me le dise oralement mais dans un autre contexte (cela fait très bizarre) ,autre chose pendant tout cela,les animaux nous voient autrement ,j'en suis persuader rien qu'a leur expression !!!
    L'effet s'est estomper quelques jours plus tard ,ils m'arrivent souvent de méditer mais impossible de refaire ce que j'ai vécu,quelques brèves ressentit d'extase mais rien de semblable a ce que j'ai eu pour la première fois,par contre les pensées négatifs ainsi que les paroles aujourd'hui me font mal au mental ,je me sens mal avec des personnes ayant des effets indésirables !!!
    Bref voilà pour mon expérience,cela ne fait pas avancer le schmilblick ,je sais comme toi que cette planète est condamner ,en faite on n'y peut rien ,l’être humain s'est tellement éloigner du vivant qu'il en est devenue mort vivant !!
    J'ai du faire la Kundalini consciemment (vu ma préparation à certaines choses dans ma vie) et toi sans préparation et un manque de conscience ,cela pourrait expliquer ton cas.
    Ton témoignage est poignant et triste ,comment t'aider ? j'ai entendu parler des orgonites et de ces bien faits notamment l'Améthyste et ses effets (soigne et transforme le négatif en positif ) à placer dans une chambre à coucher ,et justement j'en est acheter une ,et la personne est très sincère et douée pour ces orgonites ,je ne l'es pas encore puisqu'elles les fabriquent elles mêmes ,d'après ce que je sais sur son compte Facebook ,les effets sont bénéfiques ,je te tient au courant quand je l'aurais et je te dirais ce que j'en pense,si cela peut t'aider !!
    Amitiés sincères !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a rien de triste là-dedans. Nous avons les Kundalini que nous méritons. Je ne sais pas si tu fais une Kundalini. De mon côté, 3 personnes, au bout de 25 ans l'ont diagnostiquée comme telle, je l'ai donc accepté, mais est-ce cela ? . Par ailleurs, même de grands yogis en ont bavé. Voir le cas de Gopit Krhishna. Ton histoirepar sa "positivité, me surprend car sur un forum sur la Kundalini ,la plupart de ceux qui vivaient l'expérience en connaissaient les aspects durs. Je t'en prie , ne me propose des zinzins comme les cailloux etc. rien n'y aura fait...Attention à ton euphorie ! Je ne demande pas d'aide, de grâce !!!

      Supprimer
    2. Comme tu voudra ,pour sure j'ai pas mal de faits y rapportant ,et pour sure cela m'est arriver qu'une fois avec des chaleurs intenses de la colonne vertébrale jusqu'en haut ..
      Mes chakras doivent etre nettoyer et j'y travaille parce l'énergie me fait mal par moment quand elle passe a différents endroits ,donc ce n'est pas de tout repos ,tu peux me croire .. après pourquoi cela ne m'a rien fait en douleur de ce que j'ai pu vivre la première fois ? aucune idée ... les paroles aussi indésirables qui parlent par le bas surtout en contact réel me font mal au mental ,sensation de mal etre ...
      après pour les sensations dans le dos ,ca vient ,ca repart ,ca monte ,ca descend ,j'ai remarquer qu'avec la musique ,pas celle des radios ,elle monte plus facilement ..et désolé si j'ai été euphorique ..

      Supprimer
    3. Merci. la Kundalini, ou du moins ce phénomène diagnostiqué comme tel, a ravagé mon existence, mais si, en plus, je vais dire que c'est triste, alors là, il me reste quoi ? Tu comprends ?

      Supprimer
    4. je n'ai jamais eu ces allers-venues : c'est constant ! et c'est ça qui est très lourd. Par exemple, je ne peux presque plus fumer, sinon mon corps part en déconfiture.

      Supprimer
  8. bonjour et milles benedictions pour cette année , je me permet d intervenir car j ai eu la chance de vivre dernierement des expériences ayahuasca particulierement intense et j ai eu l impression de recevoir des formations accelérées en " maitrise de son reptilien " , il me semble donc que de ce cote la du savoir existe des personnes qui connaissent le fonctionnement de ce serpent sacré . c est sur que c est surprenant de se decouvrir un double energetique aussi puissant en soi ( par rappport a notre conditionnement ) mais quelle connection aux sources de vie . voila juste pour dire que rencontrer des shamans venus de la foret n ayant pas accolés nos concepts de dualité m a permis une rencontre sereine avec cette force et que peut etre ils ont quelques clés .. merci pour le temoignage

    RépondreSupprimer
  9. et bien il y a de ces cas ici

    à enfermer maitrise de son reptilien
    je dénonces votre site

    vous êtes tous et toutes bien atteins de la maladie de la connerie humaine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon pauvre !!! Quelle argumentation, et quelle orthographe.

      Supprimer
  10. c'est le regard qu'il faut changer
    on vit ce qu'on doit vivre et convertir ce qui doit l'etre
    le Divin repond toujours
    les anges repondent toujours
    le guide spirituel veritable existe
    toute forme de colere ,d'amertume de negativite doit etre deguagée avec fermeté et compassion envers soi même
    l'appel du celeste vient a qui sait entendre

    RépondreSupprimer
  11. ben en voilà de beaux discours sur le "coude à nini" ...hihihi. En long et en large les grandes misères de démarrage du feu sacré! Heureusement que tous les occidentaux ne se branchent pas sur les orientaux et leurs expériences! Bref , il en va de cette histoire comme du yoga et d'autres pratiques qui ne sont vraiment pas souhaitables pour nous et nos croyances. Le tourisme et la société des loisirs ont brouillés les cartes et chacun pense pouvoir vivre les expériences d’autres cultures. C’est mignon et surtout puéril. Un corps ça se prépare dès l’enfance par des modes de vie , de calme, de nourriture psychique, et de nourriture physique sobres sans addiction et substance qui éclatent les différents corps.
    Il est triste de lire des commentaires sur le divin ou sur des interprétations quand on parle de kundalini. L’expérience du réveil du dragon est comme le démarrage d’une voiture oubliée au fond d’une grange. C’est de la technique mais après c’est à chacun de chercher à quoi ça peut servir. Les tracas liés à cette mise en route sont liés au fait même que l’expérience est souvent incompréhensible . Qui sait, aujourd’hui , en détail ce qui se passe quand on tourne la clé de contact d’une voiture ? Très peu de personnes et c’est normal. Les idées lumineuses qui circulent sur la kundalini sont bien fumeuses et bien embrouillées. Est-ce qu’un sportif raconte en détail ses misères pour faire une performance ? C’est pareil pour le démarrage de la kundalini. Ceux qui en parlent sont rarement de bons « pilotes d’essais ». Et donc les expériences involontaires sont d’autant plus troublantes car sans aucun mode d’emploi et souvent avec des troubles non prévus dans les répertoires de la santé classique !
    Bref les anges , le divin et tout le tintoin ne servent pas à grand chose pour démarrer une voiture et encore moins pour mettre en route le feu du dragon.
    Chacun fait son préchi précha pour trouver ce qu'il peut en diffusant sa croyance. Mais c'est vraiment une expérience individuelle et surtout technique(je sais je l'ai déjà dit...).
    A quoi ça sert? C'est surtout ça la vraie question!
    Dans cette expérience mon vécu m'a donné un usage très modeste mais très utile. Tout d'abord ce n'est pas un évènement permanent. C'est un gros coup de boost dans tous les sens du terme. Et "étrangement" , pour en revenir à la comparaison à un véhicule, ça ressemble un peu à une reprogrammation du corps, en opposition avec un reset qui repartirait au départ. On en sort avec des capacités nouvelles qui peuvent s'ajouter ou se superposer aux anciennes. C'est un peu comme un autre naissance , mais à l'âge adulte. Autant dire que ça oblige à revoir beaucoup de choses car le travail, la vie sociale, la famille, tout le monde autour se rend compte du changement. On ne correspond plus à l'image du personnage avant l'expérience. Donc ce n'est pas anodin et il faut être prêt à le vivre avec ces conséquences. Sinon on devient un épave classique , un client de la médecine chimique et victime des bons soins de ces charmants bonimenteurs de tout ce monde pseudoscientifique. Et alors? Tout d'un coup on découvre un autre monde, d'autres relations, des regards et des paroles qu'on n'entendaient pas auparavant. Même les petits enfants, les bébés, et toute la création nous font des clins d'oeil et nous testent pour savoir si on est tout à coup devenus vivants!!!!! La vraie vie commence. Et là ....on ne s'ennuie pas!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Petit additif au post précédent: il est bien évident que même les médecins ne voient que les malades. Donc les blogs sont aussi des stocks de misères humaines! Bref, ça ne donne pas de solution . Donc que faire? Quand l'expérience de la montée du feu sacré est vécue il est important de faire provision de certaines perceptions et de les mémoriser. Pourquoi? Parce que c'est le début , la mise en route de nouveaux sens, de la validation de futurs expériences . Comme un enfant apprend à marcher, une expérience de montée de kundalini offre des raccourcis bien pratiques pour la suite. Certaines personnes apprennent à voir avec leurs mains, d'autres à sortir de leur corps en pleine journée pendant une activité physique, d'autres découvrent des amis invisibles avec d'autres yeux, et même toutes sortes de capacités de soins sont tout à coup possibles. J'ai même vu des techniques plus basiques comme un mécanicien qui maintenant découvre qu'il peut dialoguer avec les voitures qu'il répare! Le monde des "super héros" n'est pas loin car c'est chacun qui est concerné. Ce n'est pas des "supers pouvoirs" , c'est la vie , et cela a toujours été disponible pour tout le monde qui sait le voir.
      Donc les soucis et les douleurs du corps pendant ces expériences sont effectivement importantes à gérer mais surtout à "écouter". Nous occidentaux qui passons tout par le mental avons la possibilité de le nourrir de cette expérience en lui donnant un os à "ronger". Ecouter l'expérience et lui fixer un objectif personnel (à chacun de voir) est une bonne base de départ. Contrairement à un métier, où on est le plus souvent dans l'utilisation de capacités d'origine(manuelles,pratiques, intellectuelles, etc) et donc sans aucune valeur réelle de développement personnel, là il est question d'évolution vers des capacités ou des expériences hors programme de départ. C'est pour ça que le choix est vraiment individuel. Il n'y a pas de règle car c'est de la "pure création". On peut même se créer une vie de victime, de malade, de douleurs, si .....on a envie! C'est un choix.....
      Je sens que ça ne va pas plaire à tout le monde , donc je laisse tout ça à digérer , à passer dans l'essoreuse mentale de tous les naufragés , ceux qui pensent que leurs soucis peuvent être effacés de l'extérieur par des médocs ou des savants fous....

      Supprimer
    2. "Un corps ça se prépare dès l’enfance par des modes de vie , de calme, de nourriture psychique, et de nourriture physique sobres sans addiction et substance qui éclatent les différents corps."
      Avez vous eut ce genre de "cadeau" ? Une enfance miraculeuse pareille ?
      Votre témoignage est rare, et si "pointu" qu'il en devient intriguant.
      Votre regard, sur le feu du dragon est "rafraichissant", j'espère qu'il va maturer dans mon "essoreuse mentale".
      Je vous remercie aussi de votre témoignage.

      @Le Gall
      je te connais sur le net depuis relativement longtemps, et lis tes commentaires souvent violents, hargneux et catégoriques, nous avons eut des échanges intéressants, et d'autres plus mouvementés, puis un voyage de deux années, dans la nature profonde, loin d'internet m'a éloigné de ce monde dans lequel nous gravitons chacun de son coté, mais qui nous fait nous croiser.
      Puis je tombes sur ce témoignage de ta part, et tout s'éclaircit.
      A la date où tu poste ce témoignage sur ton blog, je me remets d'un accident mortel, une chute, qui aboutit à m'empaler sur une barre de fer, au niveau du thorax. Une expérience hors du commun, sortie du corps, voyage astral, leçon reçue par une voix, vision du futur, et bains d'amour pur. Ce n'était pas la première fois, une NDE vécue 20 ans plus tôt, suivie d'une période d'intense méditation a fait monter une kundalini incomprise, qui m'a permis de "naître enfin", qui a profondément modifié ma vie. Dans les deux expériences, j'ai vécu le sublime, et le morbide, l'orgueil et l'humilité, la terreur et l'absence totale de toute peur. l'empathie avec les êtres et la rupture quasi absolue de tout ressentit tant personnel qu'envers autrui.
      Comme beaucoup des témoignages répondants au tien, le feu du dragon est une des plus belles et des plus horribles expériences à la fois. Une expérience que l'on craint et espère dans le même temps.
      J'espère pour toi comme pour nous tous que cette expérience puisse "servir à quelque chose" et que son énergie puisse être canalisée pour nous revigorer, nous transmuter. Et qui sait ? Nous faire naître à ce que nous sommes vraiment.

      Supprimer
  12. Je vous remercie de votre témoignage...

    RépondreSupprimer
  13. Appréciation que j'ai reçue d'un chrétien,, je vous laisse juge !
    islamofuge
    07:55




    +Lem


    " bien sûr que c'est moi ! je ne vois pas pourquoi vous n'y voyez que du négatif ???"


    Je n'y vois pas que du négatif mais la négativité est omniprésente dans ton récit et dans tes réactions ici-même et je sais parfaitement ce qui t'arrive. Cette négativité est tellement épaisse qu'on pourrait la couper au couteau !


    Il y a une foule d'indices fort intéressants dans ton récit qui me renseignent sur la nature de ton problème. Tu sembles t'y complaire car tu crois que ta souffrance te donne ainsi le droit de te plaindre et de rejeter la seule aide qui soit possible. Tu es pris dans un piège dans lequel il n'y a qu'une issue mais ton orgueil t'empêche de l'utiliser (tu as d'ailleurs rejeté cette seule aide possible dans ton propre récit). Sans compter que tes "aides spirituelles" font tout pour t'en empêcher également. D'ailleurs, les commentaires témoignent du fait que tous ceux qui t'ont proposé de l'aide, tu les as envoyés promener sèchement. Tu es bouffi d'orgueil mais tu ne veux pas l'admettre. Je ne te juge pas, je le constate, tellement c'est évident. D'autres qui ne se soucient pas de toi, viendront te plaindre et te maintenir ainsi dans ta prison ou ne pas aborder la question qui dérange pour te "respecter" et ne pas te "juger". Ce faisant, ils font preuve de non-assistance à personne en danger. Moi, je viens te tendre la main mais je n'accepterai pas tes caprices de gamin qui ne veut pas grandir et préfère se réfugier dans sa campagne avec ses animaux et sa nature plutôt que d'affronter ce "monde méchant". C'est tellement plus facile...
    A toi de voir si tu veux continuer à souffrir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon point de vue sur islamofuge : un âne qui ne sait même pas braire. Militant "chrétien" , sioniste (voir pseudo) jusqu'à la corne et ignorant complet du phénomène de Kundalini...

      Supprimer
  14. TÉMOIGNAGE DE CHRISTOPHE première partie :

    Je suis "tombé" malade en 2008, après j'ai cru mourir pendant 5 ans avant de revenir dans le monde des vivants. J'ai brûlé comme une torche, connu les enfers de mon vivant et j'ai choisi ou on a choisi pour moi, la vie. Lazare sors de ton trou !
     
    Le 3 mars 2008, à 14 heures, ma tête a éclaté en millions de particules, attaquée par des milliards d'aiguilles, j'ai perdu la vue, l'ouïe, mes membres, des fourmis sont parties des pieds, puis les jambes, le dos, la tête et BOUM, dispersé façon puzzle. Sur le moment, j'ai cru que je faisais un AVC. A l'intérieur ça s'effondrait, mais en même temps à l'extérieur ça grossissait. J'ai passé le reste de la journée allongé, effondré, tout tremblait dans tous les sens. Même un verre d'eau faisait la danse du ventre dans ma main. J'étais aux urgences de Sainte Anne le surlendemain, et après de longues investigations, ......... rien.
     
    ça avait commencé le 15 février par des picotements dans le bras gauche, des trucs bizarres jamais perçus par mon corps auparavant, c'était le signe que quelque chose déconnait. J'ai de suite pensé à truc neuro-machinchouette. Rétrospectivement, ça avait commencé bien avant, par des accès de lucidité étonnants, des conduites non appropriées d'évitement, de la fatigue, beucoup de fatigue, j'ai consulté par 3 fois dans les 5 ans précédant les évènements pour fatigue incompréhensible ou des "goûts de savon" dans la bouche.
     
    Ma vie d'avant s'est arrêtée ce jour là, et tout s'est dissous autour de moi, j'ai psychiquement tout quitté : famille, amis, boulot, associations, la mer qui me faisait peur (j'ai plus de 1000 plongées et des milliers de miles marins derrière moi), la terre qui ne voulait plus de moi, pas un seul endroit dans tout l'univers ou me reposer ne serait-ce que 5mn. Là j'ai pensé à Brando dans Apocalypse Now : L'horreur, l'horreur. Et plein d'autres trucs du même genre. Vous n'imaginez pas le genre de pensées qui peuvent traverser votre esprit dans ces états modifiés de la conscience. Comme le dit si bien l'adage, c'est la méchanceté qui ressort, au sens propre, la grande lessive des corps et de l'âme.
     
    Il y a 1 semaine, je suis tombé sur votre témoignage, et je suis tombé par terre, en larmes, ensuite Gopi Krishna, ensuite tout ce qui m'ai tombé sous la main, je lis et je digère très vite, je comprends. Le tigre sous mon capot s'est remis à rugir.
     
    Chaque cellule de mon nouveau corps se remet en place, cherche un équilibre, et je sens que je suis aidé par quelque chose dans cette aventure.
     
    J'ai lu plus d'1 million de pages en 5 ans, j'ai tout dévoré, sans savoir pourquoi, les alchimistes, les philosophes, les sciences dures, tout tout tout, je monitore tout le net chaque jour, et enfin ma rencontre avec l'univers réel (électro-plasmatique).
     
    J'ai vécu une extase mystique avec l'univers, je l'ai vu dans toute sa splendeur, c'est un océan d'amour qui coule dans une mer de plasma parcouru par d'intenses courants électriques à l'intersection desquels le flux d'énergie condense la lumière en matière, au centre de chaque galaxie, et dans chaque soleil. Les soleils sont les athanors de l'univers. Il avalent de l'énergie et synthétisent la matière (tout le tableau de Mendeleïev au niveau de la couronne solaire). On pourrait construire des machines comme ça qui fabriqueraient avec cette énergie tous les atomes dont on a besoin, sans plus toucher à la planète, ou aller directement les chercher dans la couronne. Passons...

    RépondreSupprimer
  15. SUITE :
    Toute ma vie s'est rembobinée à vitesse grand V en 10 jours, et à chaque heure qui passe, chaque seconde, tout s'imprime en ce moment dans mes corps que certains qualifient de subtils. Je ne suis pas doué pour manipuler ces concepts. Dans mes recherches, je suis plutôt parti sur les hiérarchies angéliques étant chrétien, recherches sans rapport alors avec la Kundalini, je viens juste de sortir de la caverne de notre ami Platon et la conscience s'expanse après l'enfermement et la rétention à cause de la peur.
     
    J'avais été littéralement fasciné par la série l'INCAL de Moebius, sans savoir. Je peux décrire chaque image alchimique maintenant de la série, ça fait de suite TILT (bien pensé d'ailleurs le TILT du flipper, ce n'est pas anodin). ça a réveillé chez moi un ardent désir d'androgénie, beaucoup plus fort que moi, il a fallu à tout pris que je vive mon X, que je l'intègre pleinement. J'alternais des phases d'apathie sexuelle totale et de frénésie incontrôlée, une espèce se sensualité toute féminine qui me prenait tout le corps, sexualisant chaque cellule de l'organisme, n'être plus qu'un réceptacle de sensualité. J'avais un mal de chien à éjaculer dans ces périodes, le jouissais bizarrement, le sperme ne sortait plus. Toute la région du périnée faisait la danse du ventre, les sphincters jouaient la cucaracha. Cette salope incontrôlable qui avait pris le dessus sur moi est morte aujourd'hui, remplacée par la mère. Je puis regarder maintenant autrui avec le regard de la mère pour son enfant, c'est du domaine du ressenti intérieur, pas de la pensée.
     
    Si je devais peindre un tableau, ça serait une femme à l'enfant : dans son sourire délicat à peine esquissé, il y a l'expression de la FEMME comblée à tout point de vue (initiée), dans ses yeux tout l'amour de l'univers. L'enfant la regarde et il sait qu'il est né au bon endroit, qu'il était attendu, il est totalement rassuré, prêt pour la grande aventure à laquelle il a droit et pour laquelle il est venu. En arrière fond, il y a un paysage dynamique, évoquant la sagesse d'une civilisation digne et dans l'action des choses à faire. ça devrait suffire comme programme politique global. Le sourire de la Joconde est celui de l'initiée. Elle se tait, elle sait, son sourire évoque la gnose, ses yeux nous disent le reste.
     
    Il était temps que je pige, je fous littéralement le feu : conso astronomique d'ampoules, chez Maman, sa cuisinière il y a 3 mois a commencé à brûler par le circuit électrique, les murs qui claquent, le frigo chez mes beaux parents (oui un frigo, j'ai fait cramé le frigo), ....). Evidemment sans faire de rapprochement avec moi.
     
    Il y a 5 ans nous avons du nous séparer avec ma femme, je ne pouvais que vivre seul. J'ai vécu 2 ans en Hermite, fuyant la vie, le ciel trop bleu qui virait au noir comme les rayons du soleil, les lumières, les feux de la ville la nuit, et les toubibs dont j'affolais les instruments et mon état de légume, les bras ballants, les jambes en purée, la démarche grotesque, désarticulée, le soleil putain le soleil, les brûlures, les picotements dans le dos tout le temps, la vue, les sons devenus des bruits insupportables, le riz que j'ai bouffé 2 fois par jour et quasi rien d'autres, j'ai aussi pissé le sang par tous les pores de ma peau, les gencives, la la langue, j'ai presque perdu mes dents, les jambes, les bras, l'abdomen. Suffisait que je me gratte une fois avec la main, et le sang sortait.... Faudrait un bottin pour décrire ce qui ce passe, et encore, raconter la vie de chaque cellule du corps est illusoire.
     
    A l'époque, j'avais le taux de vitamine C d'un scorbutique en phase terminale dixit le doc de Saint Antoine. SVP les toubibs, arrêtez avec vos pilules du bonheur en gros quand vous ne comprenez pas les maux dont souffre une âme.

    RépondreSupprimer
  16. SUITE :Personnellement, je n'ai rien pris pendant ces années à l'exception de cortisone à raison de 60mg/jr pendant 1 mois et 20mg pendant 6 mois ensuite. Bon, ça m'a boosté, mais 3 heures de sommeil par nuit, c'est pas gérable les mecs. Et ensuite il a fallu se désintoxiquer et remettre les surrénales en route en douceur. Une chose quand même : je n'ai pas attrapé la moindre maladie normale pendant cette période, rien, pas même un rhume, et selon les analyses, mon corps était en parfait état, à l'exception des vitamines, complètement bouffées. Le cardio m'a même félicité pour la souplesse de mes artères, des artères de gamins, alors que je sortais de 25 ans de tabagisme. J'avais arrêté spontanément en 2005, comme ça, j'ai jeté les paquet, et hop débarrassé en 15 jours de masticage de schwingum. Après le début de cette aventure, je me suis remis aux petits cigares, très modérément, débarrassé de l'addiction, quitte à crever, autant profiter encore un peu des bonnes choses.
     
    Connaissant la médecine, j'ai tu les symptômes qui m'auraient envoyés en HP. Une nuit j'ai vu un genre de double décagramme imbriqués l'un dans l'autre et reliés par les fils blancs brillants, j'ai cru devenir dingo, j'ai même mis ma main devant mes yeux fermés, ça ne partait pas. Au niveau de l'étonnement, c'est comme se retrouver avec un grizzly dans sa chambre en allant pisser la nuit. Je disais à mes proches que j'avais été empoisonné, mordu par un mamba noir, à l'époque de la "myasthénie" (mise en évidence d'un décrément de 46% à 3hz), ça m'allait bien ce mamba noir, effectivement, la myasthénie attaquent les mêmes récepteurs de l'acétylcholine que le venin de ce serpent.
     
    J'ai fini par me convaincre que j'avais une maladie de Lyme en répondant au questionnaire du Pr Horowitz aux USA, et que des milliards de minuscules serpents (les spirochètes du Lyme) me dévoraient les entrailles en me faisant bouillir un corps parfois transpercé par des milliards d'aiguilles brillantes acérées. Après j'avais souvent des mouches brillantes dans les yeux, et j'ai presque perdu la vue, l'usage de tous mes membres. Chaque organe, chaque cellule de mon corps a été massacré, passé au lance flamme, j'ai vu dans ma période "poisson échoué sur la grève" mon diaphragme brillant et aussi ma glotte, je faisais des fausses routes, je régurgitais par le nez quand j'arrivais à manger, les mâchoires étaient bloquées, les lèvres et les paupières tressautaient, j'ai aussi eu à subir la diplopie, 2 images superposées nettes, mais décalées, le brouillard permanent devant les yeux, la perte de segments de visions dans les coins, l'impression de voir du coin de l'œil des bestioles galoper sur le carrelage.
     
    Habitant sur la côte d'azur, quand l'été arrivait, c'était l'enfer. Je me faisais couler des bains froids pour essayer de réguler ma température, j'ai parfois eu l'impression de brûler vif, ma peau est devenue cuivrée foncée. Je ne supportais qu'une amplitude thermique de +15 à +25°C. Moi qui pouvais avant plonger sous la glace ou cramer au soleil. Le soleil est devenu piquant. Il piquait. Quand j'allais chez le toubib, et qu'il voyait se pointer ce grand gaillard bronzé comme Séguéla, je voyais de suite le regard qui disait : bon encore un névrosé qui n'a pas réglé ses problèmes avec sa Maman ou qui craque au boulot. J'ai parfois regretté de ne pas avoir un bon vieux cancer qui ne manque pas d'appeler immédiatement à une compassion toute hypocrite de la part d'autrui. Mais non non, le chemin est solitaire. Il y a un truc qui fait que personne ne vous croit, comme si c'est comme ça que ça doit se passer. La route est sinueuse, en montagnes russes et t'es tout seul sur ton vélo en train de passer le col, exsangue, enfin, plutôt à côté de ton vélo et de tes pompes.

    RépondreSupprimer
  17. SUITE :
    A chaque nouveau symptôme, je me jetais sur le net et j'arrivais toujours à trouver un truc qui me rassurait. Pour les visions, j'ai mis ça sur le dos de migraines ophtalmiques.
    La nuit, enfin la nuit, je faisais des quarts comme les marins en m'abrutissant au shit pour tuer les visions oniriques et les rêves, c'était l'enfer qui se déchainait. Pour essayer de dormir, je me réfugiais auprès de la planète Jupiter sous le regard "bienveillant" de son œil. Au moins, tout là bas, loin de tout et des hommes, je trouvais le sommeil. J'ai vu + tard qu'en astro, Jupiter est ma planète. Contrairement aux fadaises propagées ça et là, le shit m'a beaucoup aidé, probablement en faisant baisser la pression. N'oublions pas que le shit est interdit chez les gourous car il leur ôte tout pouvoir de manipulation. Quand j'ai commencé à aller mieux, avec le frangin, on s'est payé un beau télescope, j'ai enfin pu voir de mes yeux ma planète chérie et ses lunes, précédemment observées pour la première fois dans le Royaume de France par un des miens ancêtres, un ami de Galilée.
     
    J'ai aussi vécu la nuit une période, c'était au début, où j'avais l'impression, pas désagréable d'ailleurs, qu'une toile légère comme du crêpe se baladait sur/sous ma peau. Mais il y a avait aussi les pieds qui picotaient, qui chauffaient, ça remontait le long des jambes. Et tout ces mouvements brusques, incontrôlables, mes mains, mes pauvres mains, tiraillées comme si on essayait de m'écorcher vif, je les garde encore souvent repliées, serrées. Mon tibia gauche est devenu en bois, je pouvais "sentir" les os, les tendons, bref, visiblement cette chose baladeuse avait pénétrée au cœur du système nerveux normalement inaccessible. J'ai passé aussi 2 ans sous Spiriva, les poumons écrabouillés, un âne mort sur la poitrine, chaque inspiration, chaque expiration était pensée, forcée, il me fallait gérer les choses qui normalement ne nous regardent pas. Il sortait de drôles de sons du fond de ma gorge, comme un tubard en fin de vie, ou un mec intubé, ça sifflait, parfois c'était rauque, très désagréable. Certaines positions nocturnes sont devenues impossibles comme le ventre ou le dos. La sueur dégueulait de mes glandes comme de la flotte, je me réveillais la nuit en hyperthermie, trempé et laminé. Le matin, on se réveille crevé, comme si une armée vous avait bastonné toute la nuit chaque muscle du corps, c'est ça : bastonné. J'ai par ailleurs aussi presque 5 ans de canapé derrière moi. 5 ans accroché à mon clavier, à lire, pouvais pas faire autre chose.
     
    Je me suis aussi tapé des paralysies du sommeil : tu dors, tu vois tout mais tu rêves. Je suis sur le côté, je vois, j'entends. Il y a un truc inquiétant dans la chambre que je sens du coin de l'œil, et là ma femme à côté de moi se met à crier au secours, au secours, au secours, et moi je suis là, coincé, peux pas bouger, horrible ! Tu te réveilles dans les catacombes. Après et encore maintenant, ce sont les rêves lucides. ça me prend souvent vers 17H, je m'endors brutalement là et ça commence. Il y a beaucoup de gens réels de mon entourage proche, ça a l'air vrai, c'est très onirique et coloré.

    RépondreSupprimer
  18. SUITE
    Le top du top, c'était les accès de panique, de peur incontrôlable dès qu'il fallait sortir. Je me perdais sur un rond-point en faisant 2 fois le tour, j'entrais chez les commerçants et ressortais en oubliant que j'étais venu acheter quelque chose, je ratais les bretelles d'autoroute, je grillais les feux sans pouvoir m'arrêter. Pour conduire, il y avait les problèmes de vue, la nuit, c'était luna-park avec les feux des voitures et les panneaux de signalisation, il m'arrivait de ne pouvoir regarder devant moi, je conduisais la tête de travers en regardant la route du coin de l'œil, et tout ça en allant à mes RDV de boulot, monter sur les bateaux que je vendais par 30°C à l'ombre.
     
    J'adoptais toutes sortes de conduite d'évitement pour ne pas passer pour un dingue et arriver à au moins pouvoir faire le minimum vital. J'ai commencé aussi à avoir le vertige, peur des échelles, de tout, de tout. Chaque déplacement dans un lieu inconnu s'accompagnait d'attaques de paniques atroces, j'anticipais, je repérais de suite une chaise pour m'asseoir et des WC.
     
    Pendant 2 ans, mes viscères ont recraché à raison de 4 à 6 fois par jour de quoi fumer 1 hectare, j'ai passé ma vie aux toilettes, la vessie toujours sollicitée, le pubis qui picote ou renvoie des crampes. Les boutons ont commencé à sortir, ils ont laissé des cicatrices blanches. Sont arrivés ensuite les abcès immondes à l'entre jambe. Des horribles furoncles remplis de pus, de la taille d'un œuf de poule que je vidais avec un bâton entre les dents, ça sortait jaune verdâtre. Quand ça finissait par pisser le sang, je savais que j'avais fait le job. Je vous raconte pas la douleur. ça avait l'air de suivre les cycles de la Lune, comme pour les femmes.
     
    Jamais vu un toubib pour ce que je considérais comme de la bobologie, autrement moins grave que ma cervelle qui partait en fumée. ça a été ma plus grande peur, encore plus grande que tous les autres symptômes : perdre ma cervelle, la mémoire, mon QI de 135. ça m'a plongé dans des états de terreur indescriptible qui se manifestaient par des crises de panique ou des éructements verbaux, des colères de Chancelier du Reich finissant.
     
    Quand j'étais seul, j'étais pris d'éructation sonore, je parlais beaucoup tout seul, je criais, je riais énormément, je pleurais, je parlais en charabia russo-je-sais-pas-quoi, un sabir improbable ou en schleu (en nazi si vous préférez, pas en allemand que je connais bien par ailleurs, Allemand 1ère langue). J'ai beaucoup chanté aussi, dans ma bagnole, les paroles sortaient toutes seules, j'improvisais les trucs à la volée, ça sortait tout seul c'était pas moi, et d'ailleurs pas pire que ce qu'on entend à la radio. J'ai fui la musique devenue insupportable, transformée en bruits, même Bach la musique des sphères célestes, rien n'était plus à la hauteur de ce que je vivais, tout était fade et me cassait les oreilles. Bonne nouvelle, je me suis départi du R&R, aujourd'hui, ça m'est insupportable. Cette "musique" prend immédiatement des allures diaboliques en moi, ce qu'elle est par ailleurs, ça me fout littéralement la gerbe. J'ai gardé quand même une ou deux chansons fétiches comme Solitary Man de Johnny Cash, que je chantais à tue-tête en pleurant à chaudes larmes.
     
    Quand j'ai vu que je commençais à déconner sévère et à vouloir me foutre en l'air par noyade, j'ai fait la promesse à mes proches que je le ferais pas. J'avais imaginé un plan à la "Grand bleu" : partir avec mon voilier, et par 2000m de fonds, descendre avec mon bi-bouteille jusqu'à la mort. Je savais qu'en descendant vite à 80m, je n'avais aucune chance de remonter, l'azote aurait fait le boulot. J'aurais rejoint mon père à l'endroit même où nous avions dispersé ses cendres. Ma famille m'a sauvé.
     


    RépondreSupprimer
  19. 'ai été successivement diagnostiqué avec une myasthénie, ensuite une SLA (je me suis préparé à la mort, j'ai accepté), avec un problème pulmonaire (capacité en baisse), ensuite JE me suis trouvé une myofascite à macrophage (aluminium des vaccins), pour finir par "choisir" la maladie de Lyme et un syndrome, bien réel celui là, de la queue de cheval dans la colonne vertébrale, dans le canal médullaire et les influx nerveux dans les jambes en vrac (potentiels évoqués). Quand j'ai lu le témoignage de E Collie, je suis tombé par terre. In any way, cette transe-formation a ravagé physiquement mon corps, ça n'est pas virtuel. Le canal médullaire a effectivement et réellement cramé (IRM). Mais c'est parti tout seul, sans aucun soin hospitalier.
     
    Une chose est sûre : ce truc dans un premier temps te prive de toute empathie, de discernement, de sens moral, tellement ça te bouffe le crâne et en même temps, comme t'es plus "open", tu ramasses les saloperies mentales de tout le monde, t'es plus étanche. C'est aggravé par mon profil d'empathe intuitif. Je ramasse tout. Il n'existe plus que ta petite personne en souffrance vivant dans le brouillard mental du monde. Paradoxe explosif. Tu te regardes en train d'éructer, et t'as l'impression de ne pas être maître de toi même, de regarder un gros débile en plein délire, ce qui est le cas, tu deviens indifférent au monde, aux tiens, à la vie, horrible. Chaque fois que j'essayais de faire sortir une belle parole, il sortait autre chose. Et je me voyais en train de dégueuler mes conneries, impuissant. Le reste de la journée était passée dans le remord, la honte, c'est par où la sortie ?
     
     
    J'ai commencé à revivre au cours de l'été 2013, sans trop savoir pourquoi j'ai commencé à sortir du purgatoire. J'ai été liquidé financièrement, professionnellement, familialement, relationellement, ...... maudit pas les Dieux le Tof, banni de l'humanité. Ne sont restés autour de moi que ma Femme (on s'est vite retrouvés, ça finit bien), ma Mère, mon Frère et ma tante religieuse. Ils m'ont sauvé du pire.
     
    Cela dit, et pour les toutes premières fois, je me lève le matin avec des rêves et pensées très fortes de compassion, d'amour, avec des larmes. Avant, c'était le John Difool de mauvais poil qui se réveillait.
     
    Je vais te remonter le moral en te disant merci du plus profond de mon cœur.
     
    Tu fais maintenant parti des êtres qui ont marqué mon parcours vers la vie.
     
    Quoi qu'il arrive, je ne t'oublierai jamais.
     
    ça aussi je n'ai plus peur de le dire, la peur d'offrir m'a totalement quittée, j'ai vécu desséché jusqu'à l'os pendant 5 ans, privé de tout amour à donner, sans être pour autant capable de recevoir celui des miens. C'est sûrement le truc le plus dur finalement, surtout chez quelqu'un comme moi, boy scout toujours prêt jusqu'alors.
     
    Je sais aussi que le retour de bâton peut être sévère si je ne fais pas preuve du plus d'amour que je peux pour autrui et d'abord aussi pour moi en louant la grâce de l'univers et la divine providence. mais il y aura encore des montagnes russes, je le sens.
     
    C'est pas facile de réapprendre le vélo à 50 berges.

    RépondreSupprimer
  20. SUITE :

    J'ai tant et tant à dire sur tout ça, je pourrais écrire des pages et des pages.
     
    Ce que je sens : cette force en nous est brute. Elle n'est peut-être faite que pour être déclenchée quand on passe de vie à trépas, ce qui est finalement le cas. On meurt et on ressuscite de son vivant. C'est donc bien le nœud initiatique universel. Elle ne sera que ce que nous en ferons. Il ne faut tomber ni du côté lumineux (on n'est pas des jédis), ni du côté obscur.
     
    je sens au plus profond de moi qu'il faut choisir la porte étroite, le chas de l'aiguille, le trou de souris qui mène à l'équilibrium.
     
    A ce stade, je porte autant en moi le meilleur du côté lumineux mais toujours le pire du côté obscur. Un rien peut nous faire basculer de l'un à l'autre. Il est donc impératif d'éviter les épisodes oniriques ou trop émotionnels. ça rentre dans l'ordre petit à petit. On joue les Milou sous la bouteille de Loch Lomond du Capitaine Haddock qui fuit. Boira boira pas ? Tombera, tombera pas ?
     
    On décide pas, ça se passe, c'est tout et aucun retour en arrière possible, maintenant c'est imprimé dans les tissus subtils ou pas.
     
    Ma copine médium m'a dit que je n'étais plus sexué, ni mâle, ni femelle, ce qui ne veut pas dire que je n'ai plus de sexualité avec ma femme. C'est différent, c'est tout.
     
    Après 1 ans sans nouvelle, elle a repris contact avec moi le JOUR de ma prise de conscience.
     
    Quelques sites qui m'ont aidé :
     
    http://biologyofkundalini.com/
     
    http://www.elcollie.com/
     
    Tof

    RépondreSupprimer
  21. Oulala ça chauffe là dans la tête !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. vous vous adressez à Christophe ? c'est le principe même de la Kundalini ! mais quand la tête chauffe c'est bon signe...sauf que la K peut auparavant mener à la démence !

      Supprimer
  22. Les mots ne sont que le pâle reflet des maux.
    Olivier S.

    RépondreSupprimer
  23. Quoi qu'il se passe de ton côté, "on" est avec toi

    J'ai pas trouvé mieux.

    Tof

    RépondreSupprimer
  24. Bonjour, merci pour votre texte que j'ai lu dans les grandes lignes. Je vis moi-même un processus de la kundalini et c'est juste merveilleux. Elle permet l'ouverture de ma conscience sur les secrets de la vie et en cela, c'est juste merveilleux. Si vous avez envie d'échanger à ce sujet, n'hésitez pas. J'ai une vision différente sur ce qu'on appelle la vie, qui n'a rien de religieux, d' ésotérique, d' bouddhique ou quoi que ce soit qui soit de l'ordre de la croyance mais plutôt de l'ordre de la PLEINE CONSCIENCE en soi, sur le fonctionnement des principes fondamentaux de la vie sur notre planète. christelle.lisci@gmail.com

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vous remercie ! Vous en avez bien de la chance. Pour moi, ce fut un drame...

      Supprimer
  25. 1°/ Mon témoignage: Bonjour toutes et tous auteur de ce blog compris. Ce que j'ai à dire après lecture de votre expérience douloureuse et pénible sur ce phénomène Kundalini va être court et j'espère vous apportera tous une information qui vous permettra d'avoir une vue et une compréhension simple mais réelle sur le processus du dit éveil de la KUNDALINI.Je sent que j'ai le devoir de le faire 33 ans après et ce n'est pas un hasard si je suis tombé sur ce blog. L'ayant moi-même expérimenté à l'âge de 28 ans et de façon naturelle sans l'avoir cherché d'aucune façon volontairement.Mon histoire est la suivante: A cet âge là j'étais en recherche de réponses à mes milliers de questions concernant la vie, le Créateur, les religions, l'univers, les animaux, les raisons de mon existance et les raisons de mes souffrances ici-bas comme beaucoup d'autres je suppose.La providence m'a souvent fait rencontré des gens qui m'ont éclairé sur certains sujets et en y ayant bien réfléchit j'ais trouvé qu'i y avait à boire et à manger chez certains, à prendre et à laisser aussi.Puis un jour dans mon lieu de travail un ami chercheur de vérité comme moi alors, m'a proposé de lire (La vie des Maîtres) Jésus Christ y est très présent. Je l'ais donc acheté et lu en totalité en deux jours, je ne sait toujours pas pourquoi au fur et à mesure que j'avançais dans la lecture un amour inconditionnel envers toutes formes de vie sur terre et partout ailleurs dans l'univers naissait en moi de plus en plus grand. A suivre en 2°

    RépondreSupprimer
  26. 2° Mon témoignage: A la suite de cette lecture j'ai ressenti un grand besoin de méditer et de jeûner, ce que je fis sans tarder, les jours passèrent et je maîtrisais de plus en plus la méditation à tel point que je ne dormait que 2 heures par nuit sans ressentir de fatigue au travail,je puisais mon énergie dans l'air et dans le Divin, mes sens c'étaient développés je sentait le parfum des fruits à plusieurs mètres et des parfums de roses qui me montaient aux narines provenant de mon chakra du cœur, mon troisième œil s'ouvrait et je voyais des paysages magnifiques ainsi que le soleil blanc et lumineux comme le regard charnel ne le verra jamais. Après environ un mois de méditation et toujours ce grand Amour en moi à tel point que je disais à un caillou ou à un arbre (je t'aime,ceci n'est qu'exemple) un soir m'étant couché juste au moment ou je commençais à m'endormir un phénomène m'a réveillé, j'ai senti une fraîcheur partir du bas de ma colonne vertébrale au niveau de l’urètre (Glande chakra) cette vague douce et fraîche est montée doucement vers le haut et en même temps qu'elle montait depuis toutes mes extrémités basses (orteils et doigts) ma conscience en ces zones montait avec à tel point que ne sentais plus mes membres, si on m'avais coupé une jambe à ce moment, je n'aurais rien senti.Cette agréable fraîcheur que je suis en fait en tant qu'esprit devient alors une minuscule sphère microscopique qui monte le long des chakras mais qui n'altère en rien la lucidité de ma personne qui ne fait que vivre et découvrir ce qui est entrain de se produire. Arrivée au niveau du chakra de la gorge j'ai eu peur croyant que j'étais entrain de mourir, il m'est venu à l'esprit car je le pouvais encore de respirer fort pour reprendre conscience de mon corps, cela à fonctionné mais j'ai pu apercevoir tout en haut une grande lumière blanche et entendu des musiques céleste juste avant que que je reprenne place entière dans tout mon corps.Redevenu (normal) je me suis demandé pourquoi ceci se produisait, je me suis alors dit que ce grand Amour avait de beaucoup élevé ma fréquence vibratoire au point que j'étais en harmonie avec une dimension supérieure... Un moment plus tard je recommençais à m'endormir et cette fraîcheur a redémarrée à partir du chakra qui se situ juste au-dessus du sexe avant le nombril et rebelote la même histoire, le même processus d'arrêt.Ensuite idem depuis le chakra du nombril et ainsi de suite jusqu’au chakra de la gorge. Là épuisé et apeuré, j'ai prié Dieu de permettre que ce phénomène se produise après que je me soit endormi et c'est ce qui c'est passé. Ce n'est pas fini, Dans mon sommeil je me suis réveillé sur une planète que je connais pas mais je savais que c'était une dimension de la terre mais pas notre 3ème dimension, tout est beau et lumineux, il n'y a pas de structures visuelles polluantes comme des pilonnes électrique ou des routes de bitume ou autres bétons, le ciel est beau le soleil magnifique, les montagnes aussi et j'en passe.A suivre en 3°

    RépondreSupprimer
  27. 3° Mon témoignage: Je me souviens je sautais de joie à plus d'un mètre du sol en criant (ça marche, ça marche !!!) c'est alors qu'un vieil homme alerte à posé sa main sur mon épaule en me disant (pas maintenant) pour m’empêcher de me projeter sur le haut d'une montagne que je voulais visiter. J'ai par la suite vécu d'autre expériences de ce type chaque nuit mais je vais conclure ici. En vérité je pense avoir raté cette expérience Kundalini par ma peur de mourir et je le regrette aujourd’hui et je sais que si cela se représente je ne ferais pas la même erreur car j'ai vraiment loupé une chance de vivre plus près du Créateur et surtout j'ai loupé un grand pas dans mon évolution. Pour finir et pour l'essentiel je voulais vous dire que cette énergie Kundalini est en chaque être humain, elle est un outil pour l'éveil et pour aussi modifier l'ADN afin de diviniser le corps, ce que le Christ et d'autres firent. Chacun aura sa chance à un moment mais cela ne peut se faire en douceur et naturellement que par l'Amour universel qui élève les vibrations de l'esprit et du corps.La peur est un obstacle et la confiance en Dieu est une puissance. Je déconseille vivement à tous de ne jamais rechercher à éveiller cette force par toutes formes de pratiques qu'elles soient.Il n'y a qu'avec l'Amour qu'elle s'ouvre c'est un processus qui va de pair pour tout un chacun, c'est une loi Divine.Sinon il y a danger grave de tout type ça peut aller de la folie à l'auto-crémation.
    Merci de m'avoir lu, je vous souhaite toutes et tous une heureuse et harmonieuse vie pleine de joie et d'Amour.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup pour ce témoignage...je trouve que vous avez eu plutôt de la chance de l'interrompre. Je vois très bien ce que vous voulez dire par ces paysages conscients et extraordinaires que j'ai vus en 2003 suite à une décorporation, quand je suis revenu sur "terre", enfin sur notre dimension physique, j'étais effaré de sa laideur. L'image de ce vieil homme est étonnante car dans l'au-delà les êtres sont tous jeunes. Cela dit, il semble que les êtres peuvent changer d’apparence. Cet "homme" vous a parfaitement indiqué que ce n'était pas l'heure : vous n'avez donc rien raté du tout, bien au contraire, vous auriez pu devenir fou ...J'ai un avis différent. Au stade où j'en suis de 35 ans de Kundalini ininterrompu, à mon sens cela ne sert à rien. Ce n'est souhaitable à personne, puisqu'il est parfaitement possible d'aller vers le divin sans passer par cette épreuve épouvantable qui pour moi, terrorisé car je ne savais pas ce que je vivais. Une spécialiste du phénomène s'appelle Tara Michael ! cette conne, je dis bien cette conne que j'ai vue 1 heure chez elle et que j'avais interrogée n'avait même pas vu que je vivais une Kundalini.Si l'on m'avait dit cela, j'aurais sans doute moins paniqué. Ma terreur, accompagnée de phénomène paranormaux, aura duré plus de 10 ans ! Les premières années, je pensais être damné, et condamné à mourir rapidement...

      Supprimer
  28. On a donc tous flippé notre race comme disent les djeunes. Tous pensé qu'on était damné et en train de crever ou en partance pour la folie.

    Ce qui est spectaculaire, c'est cet isolement. Quand ça commence, on se retrouve seul, le plus seul qu'on puisse imaginer dans ce coin de la galaxie. Tout se passe, et tout est fait comme si on devait se retrouver totalement isolé au milieu d'un monde de plus en plus indifférent et incrédule.

    Cette solitude imposée fait-elle partie du processus ? Il y a comme un décalage qui s'opère avec le monde profane, comme si on se retrouvait projeté dans une "dimension" juste connexe au monde. ça ressemble à ces cauchemars où tu cris et personne n'entend.

    9 mois après cette prise de conscience, mon impression du moment : ce monde, "cette dimension", cet univers n'est probablement qu'une fantasmagorie plastique.

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a de ça Tof, mais toi tu peux communiquer ! A mon époque, à 20 ans, je ne pouvais pas !

      Supprimer
  29. Je peux communiquer aujourd'hui. Mais, il y a 5 ans, j'aruias érict nu pue cmome ça et je ne savais foutre Dieu pas ce qu'il se passait. Au fond d'un puis sans lumière, la cervelle en purée, le corps en ruine, en avant vers la folie.

    Tof

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Totof, la Folie me guette encore, tu sais !

      Supprimer
  30. L ETERNEL REVET TANT DE FORMES POUR NOUS DONNER LA VIE EN ABONDANCE..... CF BOUCHERIE DES ANIMAUX....

    CHERCHEZ VOUS TROUVEREZ NOTRE DAME DE LA SOUFFRANCE

    RépondreSupprimer
  31. AVIS DE RECHERCHE
    FRANCIS RHODDE 14 ANS
    BRIVE GAILLARDE CORREZE

    RépondreSupprimer
  32. COEUR QUI SOUPIRE N A PAS CE QU IL DESIRE....

    OU PERORER AVEC LA VERITE.... AU LIEU DE LIBERER.... DONNER PART ET PARDONNER....

    JALOUSIE FAIT PARLER.... CRITIQUER....


    FRANCIS DE FRANCE

    francis.rhodde@laposte.net

    RépondreSupprimer